La Gazette de la grande ile

Administration fiscale : Des spécialistes de l’Afrique à Madagascar

Publié le 06 septembre 2017

Environ 150 experts-chercheurs en fiscalité provenant de 30 pays participent à la réunion du Réseau africain de recherche sur la fiscalité (ATRN) dans la capitale. Ils essaient de trouver le moyen d’utiliser les nouvelles technologies pour le bien de la fiscalité africaine :

« Solutions numériques pour propulser le développement de la fiscalité en Afrique : le rôle de la technologie dans l’administration de la fiscalité ». Pour la Grande Ile, le recours aux TIC fait partie d’une multitude de solutions qui ont déjà été proposées pour booster la politique fiscale malgache. A 11,4%, le taux de pression fiscale à Madagascar reste en effet encore l’un des plus faibles de la zone. Actuellement, les pays africains se démènent pour avoir plus de recettes internes pour s’émanciper des éternelles aides internationales, précisent les conférenciers de l’ARTN. Selon eux, les TIC peuvent faciliter les tâches de l’administration fiscale dans la transparence, le recouvrement des recettes ou encore l’élargissement de la base fiscale. Malgré l’actuelle situation malgache, le Directeur général des impôts estime qu’augmenter le pourcentage à 0.5% par an devrait être atteint si l’on maîtrise les nouvelles technologies. Mais de ce côté, Madagascar doit encore affronter plusieurs obstacles tels que l’accès encore limité aux TIC, l’insuffisance d’infrastructures et les moyens financiers pour les mettre en place.

Depuis mars 2017, la déclaration et le paiement des impôts peuvent se faire via mobiles.

Nomena E.

Lire aussi