La Gazette de la grande ile

AMBASSADE MALGACHE A LONDRES : Considérée comme …inutile

Publié le 06 septembre 2017

Communiqué officiel publié hier : dans les prochains jours, le président Hery Rajaonarimampianina va s’envoler pour Londres pour assister à la réouverture de l’ambassade de Madagascar dans cette capitale du Royaume-Uni, ainsi que pour marquer le 200èmeanniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays. Beaucoup doutent de l’utilité d’installer une ambassade à Londres, et surtout de réouvrir un établissement particulièrement dépensier vu le coût de la vie à Londres.

Rappelons que cette ambassade malgache a été fermée il y a une dizaine d’années et ses activités ont été remises à notre ambassade de Paris. Motif : faible volume des activités alors que les frais de fonctionnement sont considérables. Signalons qu’en parallèle, l’ambassade de Grande-Bretagne sise à Antananarivo a été fermée en 2005 exactement pour les mêmes raisons (les dépenses s’élevant à 300 000 livres sterling par an, estimait-on). La réouverture de cette représentation étrangère en 2012 a été décidée suite à une campagne énergique conduite par les anciens ambassadeurs britanniques à Antananarivo, Mervyn Brown et Brian Donaldson. Ces derniers ont notamment invoqué l’ancienneté des relations entre les deux pays (qui datent du roi Radama II), mais aussi la multiplication des Ong et unités commerciales ou industrielles qui se sont implantées dans l’île. Pour la réouverture de l’ambassade malgache à Londres, il n’y eut ni campagne fulgurante menée par des personnalités de premier plan, ni raisons particulièrement contraignantes. La mesure résulte du seul bon vouloir des plus hauts décideurs du régime. Derrière la remise en fonctionnement de cette ambassade, on soupçonne des motifs qui ont peu à voir avec l’intérêt national et qui doivent tout à des considérations personnelles. Par exemple pour caser des barons du régime qui ont failli à leurs anciens postes, d’anciens ministres chuchote-t-on. Il est vrai que le copinage et l’intérêt personnel sont de puissants ressorts qui poussent ce régime à l’action. Par exemple aussi pour singer les grandes puissances qui installent des ambassades dans toutes les capitales prestigieuses d’Europe. Il est vrai qu’en vue de 2018, la propagande veut qu’on fasse passer une île pauvre pour un pays opulent… En tout cas, comme on ignore encore la portée exacte du Brexit, les observateurs estiment que le régime aurait dû attendre au lieu de prendre une décision apparemment irréfléchie. Dans la conjoncture actuelle en effet, la Grande-Bretagne connaît un ralentissement économique prononcé, avec dépréciation de la monnaie, fuite des capitaux et des investissements, baisse du pouvoir d’achat et chute du taux de croissance etc. Dans ces conditions, ouvrir une ambassade dans un pays aussi handicapé semble relever de ce manque de vision courant sous ce régime.

Bref, cette réouverture est une mesure peu judicieuse qui pourrait coûter beaucoup au pays. On ferait peut-être mieux d’étendre à la Grande-Bretagne la juridiction de notre ambassade de Paris.   Mais comme l’intérêt personnel régente tout sous ce régime, voici peut-être les mots anglais qui expliquent l’ouverture de cette ambassade de Londres : First Lady, shopping…

Adelson RAZAFY

Lire aussi