La Gazette de la grande ile

Fausses accusations à Ambatondrazaka : la foule tue un innocent

Publié le 06 septembre 2017

Un passage à tabac collectif a coûté la vie à un homme de 34 ans dans la nuit du 25 août dernier à Antandrokomby, Bejofo, Ambatondrazaka. Un rien peut maintenant mener à un assassinat, car plusieurs personnes ont mis à mort ce conducteur de voiture légère, suite à une querelle violente entre celui-ci et des conducteurs de tracteurs kubota.

Le plus inquiétant, c’est que les Raiamandreny de la communauté locale seraient à la tête des responsables de cette mise à mort. Le président du fokontany d’Ambodirano et le chef des éducateurs (chef Zap) de cette même localité sont notamment cités parmi les tortionnaires. Du moins selon la plainte déposé par le frère de la victime, qu’il a rédigée après avoir recueilli les dires des témoins oculaires : « Il y a eu une querelle entre les conducteurs au sujet de la circulation, qui s’est finalement arrangé. La fille du président du fokontany d’Ambodirano a entre-temps appelé son père en déclarant que leur kubota se faisait attaquer. C’est ainsi que ces personnes sont venues à moto munies de bois rond et ont roué mon frère de coups sans chercher à vérifier ce qui se passe ». En clair, il s’agit d’une sorte de vindicte populaire infligée à la personne à cause d’accusations non-prouvées à son encontre. La victime, Andriamaronirina Joela dit Fidy ou Pikla, a succombé aux coups visiblement violents. Son certificat médical montre d’ailleurs des bleus à l’arrière du crâne et de la nuque. La plainte tend à se vérifier car les deux hommes cités ci-dessus figurent parmi les 4 qui sont désormais sous mandat de dépôt, après une parution au parquet d’Ambatondrazaka jeudi dernier.

Les passages à tabac collectif ici et là ont fini par tuer un homme innocent. L’Etat de droit à Madagascar perd de plus en plus sa crédibilité. Les proches de la victime ne comptent pas lâcher la poursuite. Affaire à suivre.

Nomena E.

Lire aussi