La Gazette de la grande ile

Filière girofle : Le kilo atteint 10 000 ariary

Publié le 06 septembre 2017

Madagascar se trouve à la deuxième position après l’Indonésie en matière de production de girofle. Mais Madagascar est le premier exportateur, car le girofle d’Indonésie est essentiellement destiné à la consommation intérieure. Le girofle malgache est très recherchée pour son arôme épicé et fort en bouche. En Inde, c’est l’un des ingrédients principaux de la fameuse sauce massala. On la retrouve également dans la parfumerie, la dentisterie et l’industrie pharmaceutique. Pour le moment, le girofle, en tant que produit de rente, est derrière la vanille. On a beaucoup de mal à préserver la qualité. Les collecteurs, spéculateurs et exportateurs, s’empressent d’acheter au meilleur prix bien avant la date d’ouverture de la saison, et c’est ce girofle « prématuré » qu’on retrouve à l’international. Le girofle rencontre aussi des problèmes d’insécurité comme les vols dans les champs. Les feuilles de girofle sont en effet cueillies de façon excessive, sans respecter les normes d’exploitation, et c’est le produit qui, au final, perd en qualité. Le pays compte près de 30 000 paysans producteurs. Malgré les problèmes qu’elle rencontre aujourd’hui, c’est une filière fiable, pourvoyeuses de devises. Si on compte un prix moyen de 24 millions d’ariary pour une tonne de clous de girofle, cela fait entrer près de 300 milliards d’ariary par an. Le pays peut produire jusqu’à 18 000 tonnes de girofle, mais à peine 3 000 tonnes dans les plus mauvaises. Actuellement, les habitants dans la région Atsimo Atsinananana ont décidé de récolter leurs productions à cause du changement climatique. Par ailleurs, les productions ne vont pas encore être exportées à l’étranger afin de garder leur qualité sur le marché international, d’après le chef de la région Atsimo Atsinanana, Théodoret. Le prix du kilo de girofle est actuellement entre 6 000 ariary à 10 000 ariary. La filière girofle est une des pourvoyeurs de devises de la région Atsimo Atsinanana parce qu’elle fait entrer 600 000 000 ariary par an et le quart de cette somme est destiné à la commune.

Nandrianina

Lire aussi