La Gazette de la grande ile

Lutte contre l’insécurité : La gendarmerie redore son blason

Publié le 06 septembre 2017

Une campagne de réforme et de nettoyage s’opère depuis la semaine dernière dans les rangs de la gendarmerie nationale. Le secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie nationale, le Gal Randriamahavalisoa Gérard, a littéralement grondé ses subordonnés lors d’une descente au marché de zébus d’Ambatonapoaka à Imeritsiantsosika jeudi dernier. Le mode de travail des éléments de la gendarmerie dans cette zone ne cesse en effet de faire jaser la population. La corruption et l’insubordination sont les plus dénoncées. Selon lui, « il n’y aura aucune tolérance pour ceux qui ne suivent pas les règles et pratiquent les formes de corruption ». Le message serait adressé à tous les gendarmes de l’île. Le même discours a d’ailleurs été rapporté par la délégation de la gendarmerie qui s’est rendue dans le Sud à Vangain-drano le 30 août dernier. Pareil dans le district de Mandoto et les environs. Ces belles paroles attendent vivement application pour les quelques gendarmes qui s’obstinent à défier les règles de cette noble profession. En attendant, la gendarmerie nationale s’efforce aussi de donner des résultats concrets. A Alaotra Mangoro, 20 personnes ont été arrêtés, dont la célèbre « Tokanono » fournisseur de gris-gris aux bandits. 250 zébus ont aussi été repris des mains des dahalo, avec 2 fusils et des munitions.

Le corps des gendarmes veut apparemment démontrer qu’il existe toujours et qu’il travaille à améliorer ses services. A noter qu’environ 300 éléments de la gendarmerie nationale ont été limogés ou suspendus depuis le début de cette année, pour cause de mauvaise conduite dont les suspicions de corruption.

Nomena E.

Lire aussi