La Gazette de la grande ile

Rapprochement : Réconcilier qui avec qui ?

Publié le 06 septembre 2017

Ça y est, la liste que certains attendaient et que beaucoup regardent avec indifférence est sortie : la liste de nouvelles personnalités ou plutôt de hauts emplois de l’Etat chargés de procéder à la réconciliation nationale. On s’attend de nouveau d’abord à voir ces personnes, dont beaucoup passaient une retraite tranquille mais difficile tant le mépris à l’égard des retraités ne serait-ce que leur maigre pension est rageant, avoir une nouvelle vie : nouveau crédit de téléphone, nouvelles indemnités, nouveaux passe droit, nouvelle voiture etc. Si on commençait à les oublier, on va de nouveau voir leur tête à la télévision, dans les journaux sans qu’on sache réellement l’utilité de cette nouvelle structure. Indifférence aussi parce que parler de réconciliation nationale est pure copie de la fameuse commission vérité et réconciliation en Afrique du sud. Notre pays a-t-il connu le pire comme ceux que les Sud Africains avaient vécu? Non! Indifférence aussi car on reste convaincu que pour parler de réconciliation nationale encore faut-il connaître sa Nation, son pays…et le Madagascar à deux vitesses sinon à trois est une réalité si bien qu’il est difficile de prétendre connaître le pays et les blessures de la population.

Quand les habitants d’Anka-

zoabo ou d’Ampanefena voyagent dans des camions qui leur ôtent toute dignité et que dans la capitale on rivalise de belles voitures en attendant le prochain salon de l’automobile, on se demande comment ces personnes aux antipodes les unes des autres pourraient avoir une forme d’empathie les unes pour les autres. Lorsque certains s’enferment dans de belles villas avec gardes du corps et société de sécurité et que d’autres sont obligés de fuir leur village la nuit tombée pour éviter les dahalo, on se demande quelle réconciliation pourrait en sortir. Bien-sûr on nous dira que la réconciliation nationale dont il est question ici ne relève pas de cela, elle est limitée à l’aspect politique et surtout aux crises politiques récurrentes, mais pour le commun des Malgaches, réconciliation s’entend aussi et surtout de l’aspect sociologique de la question. Pour l’aspect politique, les Malgaches sont habitués à voir ceux qui savent retourner leur veste, qui arrivent à être de tous les régimes tels des ministres inamovibles, qui savent lécher les bottes de chaque dirigeant pour savoir que ce n’est pas d’une réconciliation nationale dont on a besoin et ceux qui subissent exactement ce qu’ils avaient fait subir à leurs opposants quand ils avaient été au pouvoir : Rajaonarimampianina est en train de faire vivre à Rajoelina et sa clique ce que ce dernier avait fait vivre à Ravalomanana et sa clique, et Ravalomanana est en train de vivre ce que lui et sa clique avaient fait vivre aux personnes du régime Ratsiraka…. et on cherche au final à réconcilier ceux là!!!

Quand rien n’est fait pour que l’habitant de l’autre bout de Madagascar, comme Antsaka-

bary, puisse découvrir ne serait-ce que la Région Soafia ou inimaginable, la Région Anosy, la question de la réconciliation nationale entre les Malgaches restera un vain mot.

Claude Rakelé

Lire aussi