La Gazette de la grande ile

Filière coton

Publié le 24 octobre 2017

Importante baisse de la production

L’industrie textile malgache est essentiellement orientée autour de la culture du coton, avec un secteur amont extrêmement concentré. Les grandes sociétés d’Etat issues de la période communiste ont été privatisées dans les années 2000. C’est le cas de la Hasyma qui contrôlait jusqu’à une période récente 80 % de la fibre de coton mises sur le marché. Le manque de visibilité politique et économique l’a néanmoins conduit à suspendre ses activités. Dans la filature, les acteurs sont également peu nombreux. Cotona, membre du groupe Socota, est le filateur le plus important dans le pays. Citons également certains acteurs de plus petite taille tels que la Somacou (fabricant intégré de couvertures) et « Fanavotana » (filature et tissage). Ces entreprises travaillent essentiellement avec des confectionneurs locaux, comme en témoigne la faiblesse des exportations de textiles du pays (65 millions de US$ en 2009). Cependant, les fibres importées concurrencent de plus en plus fortement les productions locales. La crise du coton prend de plus en plus d’ampleur. Les statistiques indiquent qu’une importante baisse de la production est enregistrée pour la campagne datant de l’année dernière. La cause majeure de cette réduction est la mauvaise pluviométrie dans les zones de production de Toliara, les difficultés rencontrées par les paysans notamment en termes d’approvisionnement en insecticides, la concurrence déloyale ainsi que la visibilité de cette filière. Entre autres, le respect des textes mis en vigueur s’avère nécessaire, le contrat entre le producteur et l’opérateur devrait être régularisé. Et l’arrêté interministériel portant la création du conseil national du coton et du comité interministériel du coton signé l’année dernière devrait contribuer à la promotion de ce secteur. Bref, des efforts restent à faire afin de relancer en ce domaine.

Recueillis par Malalanirina

Lire aussi