La Gazette de la grande ile

Visite de la Princesse Anne

Publié le 26 octobre 2017

Exploitée par le régime

 

Le message hebdomadaire du chef de l’Etat, dit « Le rendez-vous du Président », adopte un style particulièrement enthousiaste pour saluer la venue de la princesse Anne, fille de la reine Elisabeth d’Angleterre. Le rédacteur (qui est-il au juste ?) en fait même un peu trop dans le lyrisme, ce genre littéraire qui exprime des émotions personnelles intenses. Le seul titre d’ailleurs relève de l’interprétation personnelle et non de la réalité des choses : «Visite de la princesse Anne : soutien officiel de la couronne britannique ». Voilà qui pourrait hérisser l’illustre visiteuse, celle-ci évitant toujours de donner une tournure politique à ses déplacements à l’extérieur. Voici des exemples de ce ton exalté : « Inattendu et réjouissant : la Princesse Anne est à Madagascar… ». Se voulant flatteur à l’endroit de celle-ci, le texte évoque ainsi le courage princier en dépit de l’épidémie de peste : « Il faut avoir une conviction à toute épreuve, une sympathie inébranlable, un dévouement indéfectible pour oser venir à Madagascar… ». En tout cas, le message effectue un saupoudrage et fait rayonner la visite de la princesse sur le pays, sur le chef de l’Etat, sur l’épouse de celui-ci, sur le régime etc. On finira les extraits par le passage suivant : « Le régime Rajaonarimampianina peut se vanter d’être le seul à avoir eu la visite d’un roi, celui du Maroc, et d’une princesse en l’espace d’un an… ». Le «Rendez-vous du Président » semble tourner le dos aux vertus républicaines et manifeste une vive nostalgie pour la monarchie. Raison pour laquelle l’égalité (de tous devant la justice) et la liberté (de réunion politique), valeurs républicaines universellement reconnues ne sont pas de mise sous l’actuel régime. Ceux qui ont la cote, ce sont les barons …du régime.

 

 

Quelques remarques en direction de ce rédacteur (peut-être d’ailleurs Hery Rajaonarimampianina) dont le jugement est obscurci par la surexcitation. D’abord, la princesse Anne ne vient pas pour la première fois à Madagascar. Elle y a déjà été en 2007 et a visité entre autres Marie Stopes International, clinique britannique sise à Avaradoha et spécialisée dans le planning familial. Mais contrairement au régime de maintenant, celui de l’époque n’a pas tiré profit de la venue pour se mettre en valeur en vue des élections. Ensuite, en raison peut-être de l’épidémie, la visiteuse porte en permanence des gants et ne les a pas enlevés même pour serrer la main de Hery et de Voahangy Rajaonarimampianina, sans apparemment incommoder ceux-ci, surtout flattés de la compagnie de la princesse. La contamination peut venir de n’importe qui… Enfin, une autre altesse royale de même rang est déjà venue à plusieurs reprises dans l’île, mais les régimes qu’il a « gratifiés » n’en ont pas tiré gloire. Il s’agit du prince Philip, duc d’Edimbourg, mari de la reine Elisabeth et père de la princesse Anne, qui s’est rendu pour la première fois dans l’île en 1984 au titre de président mondial de WWF. Evoquons aussi les têtes couronnées de Monaco, le prince Albert II et sa sœur la princesse Stéphanie, qui ont fait le voyage à Madagascar ces dernières années sans susciter une telle perte de contrôle verbal chez le régime bénéficiaire.

Pourquoi le régime se montre-t-il si reconnaissant à la princesse Anne pour ce déplacement éclair ? Probablement car ses gros bonnets se rendent souvent à l’étranger (ces dernières semaines à Londres, à New York, à Rome et toujours avec l’incontournable escale de Paris) pour passer du bon temps, alors que la peste et la misère sévissent au pays. Et cela, aux frais de la …princesse.

 

A.R

Lire aussi