La Gazette de la grande ile

Diaspora malgache

Publié le 30 octobre 2017

Trouver le juste milieu

Le forum de la Diaspora malgache a été officiellement clôturé samedi dernier au Village Voara Andohatapenaka. Lors des 3 jours d’échange, les intervenants de chaque panel choisi pour aborder des thèmes spécifiques autour des secteurs d’activités auxquels ils œuvrent ont appuyé sur la manière avec laquelle la diaspora peut intervenir dans le développement socio-économique de Madagascar. Dans cette optique, la majorité des intervenants ont mis l’accent sur le développement durable à travers la mise en place de système écologique, sur l’énergie et l’agriculture bio. Les membres de la diaspora vont désormais trouver le moyen d’exister à Madagascar comme à l’étranger en mettant leurs compétences à l’œuvre pour participer au développement du pays et investir dans des projets réalistes et viables au long terme.

 

Selon le Directeur Général Adjoint en charge de l’Exploitation de la Bank Of Africa Madagascar,
Madame Vololomanitra Rakotondralambo, « Pourquoi ne pas inciter ou appeler les membres de la Diaspora à investir au pays au lieu d’appeler d’autres bailleurs de fonds ? », c’est dans cette vision que la banque propose un accompagnement aux investissements de ceux qui vont concrétiser leurs projets de bâtir quelque chose à Madagascar. La sécurité des investissements figure parmi les priorités de la banque et elle propose une branche étudiant de prêt chaque projet d’investissement. « La BOA est une banque commerciale et dans ce cadre, on est tenu de gérer en bon père de famille les dépôts de la clientèle et l’analyse de risque sera toujours effectué avec rigueur. », termine –t-elle.

Notons que quelques associations issues de la Diaspora ont également participé à ce forum, notamment ZAnak’i Madagasikara Ampielezana (ZAMA) et Fédér’Actions Madagascar (Fact Madagascar), fondée et co-fondée par Patrick Rakotomalala, un fils du pays. Ces associations participent largement au développement du pays en œuvrant sur le plan économique, mais surtout humain. Si Zama se focalise sur la mobilisation de toutes les énergies de la diaspora pour participer au développement du pays, Fact Madagascar se focalise surtout sur le « soutien des associations membres dans le développement de leurs projets et des actions solidaires qu’elles réalisent directement ou en partenariat avec des collectivités ou des organisations malgaches, publiques ou privées, dans une logique de développement durable et dans la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). ».

 

Si les discussions de ces 3 jours sur la manière avec laquelle on peut développer Madagascar se concrétisent, le bout du tunnel n’est plus très loin pour ce pays en voie de régression…

 

T.Berado

Lire aussi