La Gazette de la grande ile

Insécurité : source de la fuite de cerveaux

Publié le 30 octobre 2017

Pourquoi les Malgaches qui étudient à l’étranger ou ont trouvé un bon tuyau d’affaire ne veulent pas revenir pour contribuer au développement du pays ? La question a été soulevée lors d’une discussion avec des membres de la diaspora, au Village Voara Andohatapenaka. L’insécurité reste l’une des raisons les plus valables que les membres ont évoquée pour expliquer cela. A entendre les échos de ce qui se passe dans la Grande Ile, même les plus sentimentales refusent de revenir s’installer au pays. « C’est la fin du monde. On ne peut plus rentrer. C’est fini. Voilà ce qu’on se dit à entendre les commentaires sur la situation ici à Madagascar », déplore Rakotoarimanana Harivelo, membre de la communauté malgache de La Réunion. Il parle des face-à-face inévitables avec les pickpockets en plein Analakely. Ou encore des braquages incessants, aussi bien d’opérateur économiques que de simple ménages. Les habitants à Madagascar sont devenus indifférents à ce genre de maux dans la société. Pour les regards nouveaux de la diaspora présente en ce moment, c’est tout autre chose. « Il y a vingt ans, nous ne vivions pas à ce point-là », fait remarquer Rajerison Serge, vivant actuellement à New York. Comme quoi, l’insécurité s’est nettement dégradée, et c’est une des raisons principales qui les empêchent d’investir dans un projet dans leur pays natal.

 

Nomena E.

Lire aussi