La Gazette de la grande ile

Edito du 02/11/2017

Publié le 02 novembre 2017

Désinformations dites-vous ?

Dans son dernier monologue, le Président de la République a fustigé l’utilisation à mauvais escient des réseaux sociaux – ce en quoi il a tout à fait raison – et critiqué les rumeurs et désinformations qui troublent l’opinion publique – et là il se doit de faire une auto critique d’abord.

 

Effectivement, les réseaux sociaux sont devenus le lieu  où certains deviennent des chroniqueurs politiques à la petite semaine, où certains lancent des appels à une justice privée ou à un appel à la désobéissance civile tout en restant tapis derrière leurs écrans, le lieu où sont déversées toutes les frustrations, le lieu des mensonges. Ce faisant, l’utilisation des réseaux sociaux peut effectivement créer des troubles à l’ordre public et des désinformations à l’égard de l’opinion publique. Cependant, et le président puisqu’il est dans son monologue et croit détenir de ce fait la vérité absolue, si l’opinion publique croit à toutes les informations véhiculées ici et là c’est parce que l’Etat et les responsables étatiques qui sont tenus d’un devoir d’informer la population, d’une obligation de rendre compte à la population, ne remplissent pas leur rôle, sont défaillants.

 

Quand un ministre de la santé déclare que l’épidémie de peste est maîtrisée  et quelques jours ou même quelques heures après le ministère de l’éducation de base décide de fermer les écoles pour presque un mois : qui fait de la désinformation? Qui met en danger le public qui baisse sa garde en croyant que tout est maîtrisé alors que plusieurs jours après la barre des 100 décès a été dépassé!

 

Quand lui, président de la République avait déclaré haut et fort qu’il mettrait fin au délestage au bout de trois mois poussant ainsi les honnêtes citoyens qui vivent déjà misérablement à se contenter de bougies et incitant les bandits notoires à agir profitant de l’absence d’électricité, qui crée le trouble à l’ordre public et qui a lancé le mensonge ou la rumeur de la fin du délestage?

 

On peut dresser toute une liste de ces informations erronées que le pouvoir public lui-même lance et qui entraînent une désinformation de l’opinion publique, mais on se contentera simplement de rappeler qu’avant de lancer ces phrases à l’emporte pièce, il serait bon que le président et de manière générale les dirigeants portent un regard honnête sur eux mêmes et réfléchissent à plusieurs fois avant de dire ne serait-ce  qu’une seule phrase car ils ont l’obligation et le devoir d’informer et de donner des informations véridiques aux honnêtes citoyens . Ces dirigeants et hauts responsables politiques en sortiront grandis, feront preuve d’un peu d’humilité et seront capables après de traduire en actes les aspirations des honnêtes citoyens qui attendent juste à être  informés.

 

Claude Rakelé

Lire aussi