La Gazette de la grande ile

Fonctionnaires fantômes

Publié le 10 novembre 2017

A quand l’éradication ?

La convention entre la BOA-Madagascar et le ministère de la Fonction publique, sur la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales quant à la fonctionnarisation des salariés dudit ministère, a été signée hier, lors d’une journée porte ouverte. La convention concerne la bancarisation des salaires de tous les employés du ministère en question. L’application de la convention permettra aux salariés de recevoir facilement leur salaire sans faire la queue. Chaque compte est personnel et sécurisé : à tout moment, on peut consulter son compte via son téléphone et suivre directement ses mouvements.

 

Cette convention est non seulement une voie vers la normalisation du secteur public, mais également un moyen très efficace de discerner les fonctionnaires fantômes qui représentent 10% du nombre des fonctionnaires, soit 17.000 sur 170.000 agents de l’Etat. Ces derniers représentent en moyenne 5.100.000.000 ariary de perte par mois pour l’Etat. Cette convention est une première et servira de modèle afin que toutes les institutions publiques prennent la voie de la normalisation.
L’existence des fonctionnaires fantômes est le résultat de plusieurs années de népotisme, de corruption et de mauvaise gouvernance. Ceux-ci reçoivent des salaires tous les mois sans travailler. Une fois que cette convention sera effective, les fonctionnaires fantômes seront démasqués car selon le ministre Maharante Jean de Dieu, « un fantôme n’ouvre pas de compte bancaire, un fantôme ne paie, ni impôt, ni l’écolage de ses enfants… », En fait, le fonctionnaire fantôme cessera d’exister quand la réception des salaires sera normalisée.
En tout cas, il y a une complicité entre les fantômes et ceux qui sont chargés de payer ces fonctionnaires indélicats…

 

T. B.

Lire aussi