La Gazette de la grande ile

Livres: Les problématiques du marché

Publié le 28 novembre 2017

Entre coût élevé, copie, dons et même une chaîne non respectée, les livres n’ont presque aucune valeur. Ils sont indispensables pour les élèves et de mauvaises pratiques tuent à petits feux le marché du livre à Madagascar. Bien que certaines habitudes affichent que les Malgaches aiment lire. Ce n’est pas pour autant que les auteurs trouvent leur plaisir dans ce domaine. Comme il a déjà été énoncé, Madagascar demeure un déversoir de dons de livres d’occasion. Ce qui implique un non-achat ou un prix largement bas par rapport aux ouvrages locaux. Il y a également les copies : dans cette pratique, les consommateurs ont un besoin bien limité et vu le coût élevé, ils préfèrent ne faire qu’une copie d’une partie qu’ils jugent leur être essentielle. On condamne aussi l’absence de politique du livre dans le pays. Un libraire se plaint du fait que la chaîne du livre n’est pas respectée. « Cela commence par les auteurs eux-mêmes qui se constituent éditeurs et vendeurs en même temps. Cette pratique consiste une dévalorisation de la production », précise-t-on. Sans oublier qu’avec les nouvelles technologies, « tout » est disponible sur Internet. Depuis peu, on se fie même à ce qui est partagé sur les réseaux sociaux. Bref, lire n’a jamais été une culture pour la plupart des Malgaches qui se contentent encore de la bouche-à-oreille faute de moyens.

Annie N.

 

Lire aussi