La Gazette de la grande ile

LE POING: Debout les morts !

Publié le 02 décembre 2017

Le compte à rebours a commencé. Noël n’est plus qu’à quelques encablures. Voire à un jet de pierre. D’ici le réveillon de la Saint-Sylvestre, que chacun fasse preuve de retenue en matière de nourriture quotidienne. Evitez de trop consommer.  Il suffit, en effet, de faire des dépenses folles, exagérées pour que votre réveillon tombe à l’eau : autrement dit, pas de foie gras, pas de dinde au porc, pas de cochon de lait, pas de viande de « zébu  ritra »… Pour ceux qui n’ont rien à se mettre sous la dent depuis longtemps, ils sont déjà servis. Pas de regret, ni d’amertume ni de larmes les pauvres.

Dans quatre semaines, c’est le réveillon. Ce n’est plus le réveillon des années 60 ou 70, durant lesquelles le riz ne coûtait que 40 fmg le kilo (quarante). A l’heure actuelle, avec ces « vendrana » (incompétents) qui dirigent le pays et les spéculateurs sans foi ni loi, la crise et la corruption se sont naturellement invitées. Et le pire reste à venir.

En tout cas, comment et dans quel état l’île va-t-elle finir l’année ? On peut dire déjà que la fin 2017 ne sera pas brillante. Dans bien des chaumières, le vulgaire vin mousseux est devenu trop cher (le champagne est hors de portée même pour les bourses les plus garnies, alias les cadres hautement supérieurs, les Andriana havo lenta, havo razana, etc.). De toute manière, il faut faire avec.

Quoiqu’il en soit, il faut tenir jusqu’à la dernière minute de 2017. Après, on verra. De toute façon, la suite des événements ne se présente pas sous de meilleurs auspices, à l’image de la récente hausse de l’essence. Aussi, faut-il, dès maintenant, se prémunir des mauvaises surprises que nous réserve 2018 et Hery Rajaonarimampianina.

Soyons optimistes, même si la situation de Madagascar, depuis ces quatre dernières années, était au niveau des cloaques. Cependant, il serait difficile,  voire impossible, de remonter la pente, d’effacer d’un coup de gomme nos monumentales bêtises. Nous sommes tous coupables et responsables. Que personne ne se défile. Debout les morts, la patrie est en danger !

Franck Raharison

Lire aussi