La Gazette de la grande ile

Monde de la presse : besoin d’assainissement

Publié le 06 décembre 2017

Actuellement, le monde de la presse est en quelque sorte souillé de diverses manières avec la présence de faux journalistes et d’escrocs en tout genre dans le métier. L’octroi de carte professionnelle pour les journalistes arrive ainsi à point nommé en vue d’un assainissement de la profession qui se retrouve en danger.  La commission chargée de la délivrance de la carte professionnelle a précisé hier lors d’une conférence qui s’est tenue à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina, qu’ils seront stricts vis-à-vis de la délivrance des cartes professionnelles et ont lancé à l’occasion un avertissement à l’encontre des faux journalistes ou « Foza ».  Ils ont également exigé  que tous les patrons de presse répertorient les vrais journalistes qui  travaillent dans leur station et envoient une liste avant le 05 février 2018 date butoir de dépôt de dossiers. Les attributions de tous les membres ont été déterminées comme suit : responsable des médias publics (RNM /TVM) Rasoanaivo Rocco et Ravelontsalama Salomon, responsable de la presse écrite Rakotomalala Hery, responsable des médias privés Mara Volamiranty Donna pour les radios privées et pour les télévisions privées, Nicolas Rabemananjara et Rabenjamina Marovola Laza. Le recensement en 2016 fait état de 1 300 journalistes, or en réalité, il ne devrait y en avoir que 700. Ce qui fait que 600 journalistes sont de trop. L’assainissement du monde du journalisme s’avère donc plus que nécessaire. La commission en charge de la délivrance de la nouvelle carte professionnelle des journalistes se charge de délivrer les cartes aux vrais professionnels. Le dépôt de dossier pour l’acquisition de la carte professionnelle débute le 8 janvier 2018 et prendra fin le 5 février 2018. Le dépouillement des dossiers se fera le 12 février et la publication de la liste des bénéficiaires de ladite carte se fera le 12 mars 2018. Les éléments de dossier exigés en vue de l’examen de la demande nécessitent un frais de confection de 15 000 ariary. Les membres de la Commission ont affirmé que la délivrance de la carte professionnelle s’effectue suivant la loi en vigueur et la loi n’inclut pas ceux qui oeuvrent dans le domaine du freelance. La carte d’Identité Professionnelle de Journaliste est délivrée aux journalistes exerçant la profession d’une manière permanente pendant 3 années consécutives au sein d’un organe de presse en règle. Les agents de communication, attachés de presse, agents publicitaires ne sont donc pas inclus.

Jean Riana

 

 

Lire aussi