La Gazette de la grande ile

Rajaonarimampianina au Japon: Son retour d’ascenseur

Publié le 06 décembre 2017

Le président Rajaonarimampianina termine son séjour au Japon, et on annonce qu’il sera reçu ce jour par l’empereur Aki Hito. Hier, lors de son allocution devant le Premier ministre Shinzo Abe, le chef d’Etat malgache a énoncé ainsi au micro ce que les Japonais attendaient de lui : « Madagascar condamne avec force le développement du programme nucléaire de la Corée du Nord, ainsi que les tirs de missiles balistiques qui sont une provocation… ». Pour faire bonne mesure, l’homme a également dénoncé « les atteintes aux droits de l’homme perpétrées en Corée du Nord contre les citoyens japonais (ndlr : on ne savait pas qu’il y en avait là-bas…) ». En contrepartie de cette déclaration, le chef d’Etat malgache a été reçu avec fastes au Japon, a bénéficié d’un programme de visites « enrichissantes », et a signé un accord économique portant sur 4 millions de dollars (dont deux en aliments et nourritures, aide humanitaire pour les pays les plus pauvres). L’extension du port de Toamasina, financée par le Japon, a aussi été confirmée. Ce projet aurait suscité l’enthousiasme si la direction du port, corrompue, était changée.

En condamnant les missiles nord-coréens, Hery Rajaonarimampianina a donc renvoyé l’ascenseur. Quelques remarques : d’abord, le chef d’Etat malgache semble être tombé dans le piège tendu par l’Occident et qui diabolise la Corée du Nord tout en la plaçant parmi les pays de l’ «axe du mal ». Ensuite, si les Etats-Unis se faisaient moins belliqueux à l’endroit de ce petit pays, ce dernier serait peut-être resté dans son coin. Mais en annonçant son souhait d’un changement de régime à Pyongyang, et en encerclant le petit pays par un chapelet de bases militaires (au Japon, en Corée du Sud et dans les îles américaines du Pacifique), l’Amérique pousse la Corée du Nord à la défensive et à réagir au moyen de missiles.

En tout cas, il faudrait clarifier l’apport d’Ambatovy (dont l’actionnaire principal est le consortium japonais Sumitomo) dans les caisses de l’Etat. Sinon et à l’approche de 2018, le versement pourrait atterrir dans les caisses du parti HVM et servir à la campagne du candidat d’Etat. Ambatovy d’ailleurs a déjà contribué à cette propagande en construisant les marchés couverts de Moramanga, inaugurés récemment à grand bruit par Hery Rajaonarimampianina. Une invitation à l’endroit de Hery Rajaonarimampianina et des dirigeants d’Ambatovy : visitez les marchés couverts de Moramanga dans un an, en novembre 2018, par exemple dans le cadre de la campagne présidentielle. Vous y constaterez un fait que vous n’aviez pas soupçonné au moment de l’inauguration : la plupart des étals (surtout ceux dans les étages) ne sont pas occupés et les bâtiments servent surtout de débarras.

Nous sommes prêts à en lancer le pari, car tel est le destin de ce genre d’« éléphant blanc ». C’est-à-dire de ces projets « énormes » qui n’ont pas été étudiés, et qui ne cadrent donc pas avec les besoins et les habitudes des habitants.

 

  1. R.

 

 

Lire aussi