La Gazette de la grande ile

Filière friperie: Un pourvoyeur d’emploi

Publié le 07 décembre 2017

Les commerçants de friperies (importateurs, grossistes, détaillants…) ainsi que ses adeptes sont en recrudescences, notamment dans la capitale. La friperie est devenue un réel business, une échappatoire au chômage, voire un complémentaire face aux revenus précaires, mais également une solution pour les pressés. Ces derniers temps, les boutiques pour les fifi de luxe, autrement dit friperies de 1ère qualité sont lancées, surtout à Antananarivo. La vente se fait dans un local ou sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, le lancement des friperies met en péril l’avenir des confections malgaches (textile artisanal), pire encore les artisans en textile font recours au marché extérieur, et là, le dicton « tompony mangatak’atiny » s’applique. Notons tout de même qu’on trouve presque tout ce dont a besoins (habillements, jouets, chaussures, accessoires…) dans les friperies, et à des prix abordables par rapport aux articles écoulés dans les magasins, ou aux pavillons. Les prix des balles varient selon le contenu des articles et leur qualité. En général, les vêtements pour enfants et bébés sont les plus chers et peuvent aller jusqu’à 600.000 ariary par balle de 5 kg. En ce moment, les grossistes affirment que les chaussures se vendent mieux ainsi que les pulls. Le poids des balles dépend des articles : 45 kg pour les vêtements, 25 kg pour les chaussures, 18 kg pour les jouets en plastique, 10 kg pour les peluches. Chaque grossiste possède son fournisseur et chaque détaillant ses clients. Quelques vendeurs interviewés affirment que c’est la veille des fêtes, et à partir du mois de mars que leur affaires décollent bien. Bref, la friperie fait vêtir un millier de personnes, fait vivre des foyers et faisant même des millionnaires. Le partenariat avec l’Union Européenne préconisant les droits de douane sur les friperies et 1.554 autres lignes de produits en provenance d’Europe à 0 % serait l’un des facteurs qui entraînent le boom des fripiers.

Malalanirina

 

Lire aussi