La Gazette de la grande ile

Des dons mis en vente: Le BNGRC insoucieux

Publié le 11 décembre 2017

Suite à la mise en vente aux enchères des dons d’une valeur de 300.000 dollars par l’Etat malgache, Ny Rado Rafalimanana, président de l’ONG Ny Fanahy Maha-Olona a demandé explications auprès du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC). Suite à des courriels envoyés au bureau qui ont demeuré sans suite, Ny Rado Rafalimanana s’est rendu personnellement aux bureaux du BNGRC, mais les responsables l’ont snobé. Rappel des faits, les dons de l’ONG, d’une quantité de 14 tonnes 580kg de nourritures précuits destinés à la région SAVA qui a été ravagée par le cyclone Enawo ont été officiellement remis au bureau et la distribution lui a été confiée. Pourtant sept mois plus tard, MAERSK Line Dubaï a informé la fondation du Roi de Dubaï (expéditeur) que les dons seront vendus aux enchères par l’Etat malgache, ce jour. Pendant ces sept mois sans rapport de la distribution des dons, le président de l’ONG Ny Fanahy Maha-Olona a rassuré que des suivis ont été entrepris, mais sans réponse du BRNGRC.

Rappelons-le, ce n’est pas la première fois que des dons acheminés dans le pays ont été victimes de tel abus. Cette année, l’ONG Amitié Picardie Madagascar s’est plainte de ce genre de situation. Un container de 20 pieds de dons en mobilier destiné à la mairie d’Antananarivo a été bloqué à la douane de Tamatave en 2015. La demande de franchise de l’accord de siège a été refusée sous prétexte d’invalidité. Ainsi, ls dons ont été vendus aux enchères l’année 2015. C’est plus ou moins le sort que réserve l’administration aux dons de l’ONG Ny Fanahy Maha-Olona. Quid de l’organisation au sein du BNGRC ? Il s’agit tout de même d’aides humanitaires. Rappel des faits, la région SAVA a été la plus touchée par le cyclone Enawo. La région a été détruite au moins à 70%. Mais le bureau n’a pas jugé important le fait de lui venir en aide en se croisant les bras car le responsable a été emprisonné. Pire encore, des aides ont été valables à l’époque. Cette pratique que les responsables veulent adopter au quotidien nuit considérablement à l’image de l’île. Le désistement de l’ONG Amitié Picardie Madagascar, qui a laissé entendre se tourner vers d’autres pays dans le besoin, ne serait que le premier d’une longue liste si cela continue.

Annie N.

 

 

 

 

Lire aussi